"Enseigner, c'est montrer ce qui est possible ; apprendre, c'est rendre possible à soi-même", Paulo Coelho

Pour bien des professeurs Français, enseigner à l'étranger est un doux rêve qu'ils croient inaccessible.

Pourtant, les enseignants certifiés titulaires qui justifient d'au moins deux ans de service effectif en France peuvent être détachés du ministère de l’Éducation nationale et enseigner à l'étranger pendant plusieurs années.

Selon un rapport du Sénat, en 2018, le réseau AEFE (Agence pour l'enseignement du français à l'étranger) scolarisait 350 000 élèves dans 137 pays du monde, dans 492 établissements scolaires.

Vous aimez voyager ? Partir en détachement ou sous contrat de droit local peut être une belle expérience humaine.

Alors, quels sont les moyens de devenir prof dans un autre pays, et découvrir ainsi un autre système social, culturel et éducatif ?

Quelles sont les démarches ou les choses à savoir avant de se lancer dans un projet personnel et professionnel aussi important ?

Voici nos 10 conseils pour partir enseigner à l'étranger, en toute sérénité !

Définir un projet d'enseignement public ou privé cohérent

Est-il facile de partir enseigner à l'étranger ?
Envie de voir le monde et un autre système éducatif ? Alors, armez-vous de patience et suivez nos quelques conseils pour parcourir ce long chemin

Que ce soit pour enseigner les maths, le français ou les langues vivantes, votre projet n'aura rien à voir d'un pays à l'autre !

Il est donc important, si vous nourrissez le projet de devenir enseignant à l'étranger, de réfléchir à un projet cohérent.

En effet, partir à l'étranger, c'est aussi se confronter à une autre culture, à un autre système scolaire (ou au système éducatif français de l'étranger) et par conséquent, la maturation d'un projet est toujours importante.

Par exemple, il existe des passerelles si vous voulez aller dans un lycée français ou intégrer des programmes scolaires soutenus par l'Ambassade de France du pays en question.

Sachez d'ores-et-déjà que les professeurs des écoles ne peuvent prétendre à la mobilité géographique des enseignants.

En effet, il est précisé sur le site officiel Devenir Enseignant, que les enseignants du premier degré peuvent demander une mutation dans un autre établissement scolaire, dans un autre département que le leur.

Mais pour être éligible à des mouvements internationaux, ces cadres de la fonction publique, doivent préalablement avoir effectué au moins trois ans de service en France.

La mobilité géographique, ou le détachement à l'étranger permet d'enseigner auprès du réseau de l'enseignement français à l'étranger, qui recouvre plus de 500 établissements dans 136 pays du monde :

  • L'Agence pour l'Enseignement français à l'étranger (AEFE),
  • La Mission laïque française (Mlf),
  • L'Association franco-libanaise pour l'éducation et la culture (AFLEC) au Liban et aux Émirats Arabes Unis.

En outre, des accords multilatéraux ont été mis en place par les gouvernements internationaux entre la France et d'autres pays tels que l'Allemagne, Monaco, la Louisiane ou le Québec.

Il est possible également de partir à l'étranger avec le Ministère des Affaires Étrangères et du développement international.

L'objectif est d'exercer des missions particulières en tant qu'attaché (culturel, scientifique ou éducatif) auprès d'autres établissements scolaires, ou auprès d'instances européennes ou internationales.

Rejoindre une organisation internationale comme prof, c'est déjà plus compliqué...

Il faut donc réfléchir votre projet selon son degré :

  • De facilité : quelles possibilités me sont offertes actuellement comme titulaire ?,
  • De faisabilité : ai-je les compétences pour postuler à cette offre précise ?,
  • De réalisation : suis-je prêt(e) à mettre ma carrière d'enseignant / d'enseignante entre parenthèse le temps de cette expérience, ou bien suis-je prêt(e) à découvrir un nouveau fonctionnement académique ?.

Vous avez déjà un projet bien rodé en tête ? Alors passez au conseil suivant !

Et pourquoi ne pas donner des cours particuliers ?

Viser des établissements scolaires adaptés

Êtes-vous enseignant du premier degré ou du second degré ?

Comment partir enseigner en dehors de l'Hexagone ?
Demander un détachement : le parcours du marathon des profs ! Ici, à Vienne (Autriche).

Vous faites partie de la catégorie des personnels enseignants certifiés ou agrégés ?

Vos établissements de destination ne seront sans doute pas les mêmes que les professeurs de langues ou les directeurs.

C'est pourquoi votre projet de détachement doit être cohérent en ce sens.

Parmi les établissements scolaires, vous pouvez enseigner dans :

  • Une école maternelle ou une école primaire française,
  • Un établissement d'enseignement français, homologué ou conventionné,
  • Des établissements partenaires dans le cadre de programmes encadrés par le Ministère des Affaires Étrangères,
  • Au sein d'une Alliance française, surtout si vous enseignez le français langue étrangère.

Deux statuts se distinguent pour les enseignants qui partent enseigner à l'étranger :

  • Le contrat d'expatrié,
  • Le contrat de résident.

Le premier se destine aux enseignants qui résident en France, tandis que le contrat de résident est réservé aux candidats qui vivent déjà à l'étranger depuis au moins trois mois.

Dans les faits, ils sont souvent recrutés en France, mais ne prennent leur poste que trois mois après leur installation dans le pays concerné.

Il y a également les personnes qui suivent leur conjoint(e) dans le pays où il/elle travaille déjà.

Il faut noter que la rémunération d'un résident est moins élevée que celle d'un prof sous contrat d'expatrié.

Et à l'inverse des contrats de résident, les postes d'expatriés incluent, en sus des missions d'enseignement, des tâches spécifiques de conseil pédagogique, des actions de formation continue ou de direction d'école.

Il faut donc choisir ce que vous voulez : une rémunération plus importante, ou des missions et responsabilités moins lourdes ?

Viser les établissements scolaires signifie également vérifier sous quel contrat peut-on partir.

Certains enseignants n'ont pas été titularisé(e)s. D'autres le sont depuis moins de deux ans, ou bien encore sont titulaires depuis plus de deux ans, mais n'ont pas été admis à un recrutement en tant qu'expatrié ou résident.

Dans ce cas, c'est le contrat local qui les concerne. Celui-ci permet d'être embauché par l'établissement scolaire de votre choix.

Dans ce cas, les enseignants qui sont titulaires doivent obtenir une mise à disponibilité de la part de votre administration. Ensuite, il faut faire une candidature spontanée en s'adressant directement à l'établissement visé.

Attention : le traitement (salaire), la couverture sociale et les conditions de travail dépendent non de la France, mais de la législation du pays concerné. Généralement, ils sont moins avantageux que pour les expatriés et les résidents.

Repérer les écoles étrangères partenaires

Qui décide de l'affection d'enseignants à l'étranger ?
Identifiez les bonnes structures, être en contact avec elles, c'est un bon moyen de donner un coup de pouce à votre dossier

Pour faciliter votre demande, que ce soit dans l'enseignement privé ou l'enseignement public, il est préférable de passer par des établissements partenaires.

En 2020, on dénombre une vingtaine de dispositifs permettant d'exercer le métier d'enseignant à l'étranger.

Autant dire que vous avez le choix...

Ces derniers s'inscrivent dans le cadre des réseaux des agences françaises comme la Mlf ou l'AEFE, ou bien font partie de programmes comme :

  • Le programme Erasmus, pour les pays de l'Union européenne,
  • Les écoles européennes,
  • Les programmes Leonardo ou Grundtvig,
  • Les programmes d'échanges hors d'Union européenne comme le CODIFIL ou le Fullbright (aux États-Unis).

Attention : établissements partenaires ne veut pas dire que la concurrence n'est pas rude ! 

Débuter votre recherche de destination et d'établissement au sein du réseau d'établissements scolaires partenaires de la France est un bon moyen de trouver rapidement chaussure à votre pied.

Voyez par exemple le site officiel de l'AEFE !

Postuler auprès de l'AEFE pour enseigner à l'étranger

Fondée en 1990, l'AEFE, ou Agence de l'Enseignement Français à l'Étranger, est un interlocuteur incontournable pour préparer, organiser et monter votre projet d'enseignement à l'étranger.

Comment choisir son lycée ?
Les ramifications de l'AEFE pour la promotion de la France à l'étranger : on peut aller presque partout !

Il s'agit d'un établissement public sous tutelle du Ministère de l'Europe et des Affaires Etrangères, et qui travaille également en étroite collaboration avec le Ministère de l'Education Nationale.

L'AEFE ne propose pas de dispositifs pour faire de l'enseignement à distance.

Pourquoi l'AEFE plus qu'un autre organisme ?

Parce que le réseau de cette organisation compte 522 établissements scolaires, implantés dans 139 pays.

Sur ces 522 établissements, un total de 295 sont partenaires.

Ces établissements scolarisent plus de 370 000 élèves, dont 40 % sont Français.

Les établissements en gestion directe

En outre, 71 % d'entre eux sont gérés directement par l'AEFE, laquelle gère également d'importantes ressources pédagogiques.

Cela signifie que les postes vacants publiés sur l'AEFE sont directement gérés par cette dernière.

Il s'agit d'établissements constitués en services déconcentrés de l'AEFE. Ce sont des composantes de l'établissement public, dont les dotations financières sont des subventions versées par l'AEFE.

Les enseignants, eux, sont rémunérés directement par l'AEFE.

Les établissements conventionnés

Ce sont des établissements scolaires gérés par des associations ou des fondations de droit privé, que celui-ci soit français ou étranger.

Ils sont toutefois en collaboration avec l'AEFE par convention pédagogique, administrative ou financière.

Ils sont donc habilités à recruter et rémunérer des enseignants titulaires de l'Éducation Nationale.

Les établissements partenaires

Gérés par des structures de droit privé français ou étranger, ce sont des établissements signataires du partenariat avec l'AEFE.

Le partenariat définit alors les relations financières entretenues avec l'AEFE, les prestations de formation continue des personnels enseignants.

C'est l'AEFE qui déploie, encore une fois, les moyens et les ressources nécessaires à l'enseignement à l'étranger.

Par ailleurs, l'AEFE peut vous aider à :

  • Trouver l'expérience professionnelle idéale,
  • Vous expliquer comment fonctionne le recrutement enseignant,
  • Rencontrer vos futurs collègues en serveur de médiateur,
  • Vous donner des astuces pour vivre à l'étranger en toute sérénité,
  • Interagir avec votre rectorat, en cas de difficulté.

On rappelle que, 40 % des effectifs de ces établissements ne sont pas des étudiants étrangers mais bien des Français, ce qui facilite l'insertion pour le professorat français.

Organiser son projet d'enseignement à l'avance

Il est rare de pouvoir partir en milieu d'année scolaire, ce qui signifie que si vous voulez donner des cours à l'étranger, il faut organiser un minimum votre projet, de la recherche jusqu'à la finalisation des démarches administratives.

Quand partir à l'étranger pour travailler ?
Alors que je devais partir le 21, j'ai été refusé au Mexique...

Pour vous donner un ordre d'idée, il faut en moyenne 7 mois avant qu'un projet ne se concrétise !

Au vu du nombre d'établissements français dans le monde, vous pouvez commencer par prendre des contacts, environ 1 an avant votre date de départ souhaitée et peu importe votre matière d'enseignement (éducation physique, lettres modernes, histoire géographie...).

La pédagogie, c'est aussi savoir attendre et patienter pour le traitement de son dossier... Qui peut prendre plusieurs mois !

Vous devez aussi vous renseigner sur les délais nécessaires à l'instruction d'un dossier, selon le type de statut ou de contrat : par exemple, organiser un détachement est plus simple (du moins plus rapide), que d'obtenir un contrat local sur place.

Ces délais peuvent varier de 3 à 9 mois...

À savoir : il est possible, dans certains contextes, d'ajourner votre séjour si vous avez deux possibilités d'embauches. Il s'agit cependant d'un cas traité individuellement.

Il faut faire attention au coût de la vie du pays que vous visez si vous passez par le contrat de droit local.

Celui-ci est bien moins payé et avantageux que le contrat de résident ou d'expatrié.

En effet, vu que c'est un contrat privé local, vous ne cotiserez pas pour votre assurance-vieillesse en France et vous bénéficierez de la sécurité sociale locale.

Autant dire qu'enseigner aux États-Unis, en Australie, au Mexique, au Portugal ou à Madagascar n'offrira pas les mêmes conditions de travail !

Vu que la concurrence est rude sur chaque type de poste, il faut souvent postuler plusieurs années avant d'arriver à trouver un poste.

D'autant que monter un dossier prend du temps : pour l'AEFE, il faut postuler auprès de chaque établissement.

Partant, il faut payer les frais d'envois dans tous les pays visés.

Pour postuler, il faut souvent retenir trois dates : avant décembre, janvier et mars.

Les inscriptions sur le site de la Mission Laïque Française se font dès le mois de septembre. Puis les postes paraissent vers décembre dans les pays partenaires de l'AEFE (Afrique du Sud, Allemagne, Argentine, Chine, Espagne, Madagascar, Liban, etc.).

En janvier, une seconde vague de recrutements s'ouvre, et le temps de finaliser vos dossiers, les résultats d'acceptation se situent aux alentours de début mars.

A l'inverse, bien que le processus de candidature soit très long, les enseignants candidats ont trois jours après une décision, soit 72 heures, pour accepter ou refuser un poste.

Il faut également veiller au moment dans la carrière pour partir.

Plus on a de l'ancienneté, plus les points accumulés permettent de partir facilement.

Selon Arnaud, professeur des écoles en Tunisie, le meilleur moment pour solliciter une demande de détachement de l'Éducation Nationale se trouve entre le 5ème et le 7ème échelon.

Ce serait le moment où l'on obtient le plus de points dans la catégorie "échelon" pour avoir un poste à l'étranger.

Informer son entourage avant de partir

Vous souhaitez partir ? Il va falloir informer votre entourage proche ainsi que votre hiérarchie de votre souhait partir quelques années hors de France.

Quelles sont les conditions de détachement des enseignants hors de France ?
Être en accord et tenir informée sa hiérarchie est important pour envisager votre départ à l'étranger de façon sereine

Savez-vous qui sera la personne pivot de votre projet ?

Que ce soit pour du volontariat, un stage à l'étranger ou une mobilité internationale classique, c'est votre conseiller principal, ou votre supérieur hiérarchique direct, qui assure le bon envoi de votre dossier.

Sans son approbation, pas de candidature possible !

Si votre affectation ne dépend pas directement de votre chef, son approbation est essentielle pour la validation du dossier de candidature à l'étranger

Il est donc préférable d'informer votre hiérarchie, par exemple au cours d'un entretien annuel, de votre volonté de chercher un poste à l'étranger.

D'où l'intérêt de le mûrir au plus tôt : vous pouvez agir en toute transparence, et sans précipitation, ce qui laisse aussi à votre chef d'établissement la possibilité de s'organiser.

Ce n'est pas le candidat, mais bien son chef d'établissement qui transmet la candidature : voilà l'intérêt d'entretenir des liens avec sa hiérarchie et de la tenir informée de votre projet.

Si vous êtes enseignant au sein d'une association en France, par exemple, il serait bien déconseillé de faire un abandon de poste et de tout quitter sans ne prévenir personne.

Quels statuts d'enseignants à l'étranger ?

Si les statuts et les conditions d'exercice diffèrent d'un pays à l'autre, les modalités de candidature sont généralement très similaires et nécessitent :

  • Que vous ayez la nationalité française,
  • Il faut être titulaire en poste, depuis 2 à 3 ans (et en mesure de justifier de ces années de service effectif),
  • Ne pas avoir fait preuve d'une sanction disciplinaire.

Les non-titulaires ne peuvent pas candidater sur des postes à l'étranger.

En ce qui concerne les différents statuts, rappelons qu'il en existe trois principaux :

  • Les expatriés, grâce au détachement administratif,
  • Le statut de résident,
  • Le contrat local.

Être sous contrat local n'est pas toujours le plus évident, mais c'est idéal si vous cherchez une expérience immersive, pour développer vos pratiques professionnelles.

Le statut de détaché (ou d'expatriation) permet d'enseigner dans toutes les structures françaises à l'étranger, de l'enseignement primaire aux études supérieures.

Le statut de résident est avantageux pour obtenir des postes spécifiques.

Comment postuler sur un poste d'enseignant à l'étranger ?

Si vous savez comment enseigner et transmettre votre passion à vos élèves, il n'est pas toujours évident de construire la bonne candidature, qui fasse apparaître tout cela aux yeux des recruteurs.

Profs : comment postuler en dehors de France ?
Du temps, de la patience, et encore du temps : retournez le sabliez !

Sachez d'abord que les modalités de candidatures diffèrent selon le statut et le type de poste visé : par exemple, l'AEFE publie des vacances de postes en septembre (recrutés locaux) et janvier (détachement) de chaque année.

Peu de candidatures spontanées sont possibles : il faut généralement répondre à un appel à candidatures, posté tous les ans

Les personnels doivent être titulaires dans le corps considéré. On ne peut donc pas partir enseigner à l'étranger si l'on est certifié stagiaire.

Outre les éléments de date, il faut savoir les candidats doivent constituer correctement leur dossier, et cela passe par plusieurs éléments :

  • La transmission des justificatifs nécessaires (états de service, équivalence en formation universitaire, niveau de langue etc),
  • Le remplissage des formulaires tenus à cet effet (par exemple, le formulaire de demande de détachement),
  • L'ajout d'une lettre de motivation,
  • Parfois, des documents complémentaires vous sont demandés.

Anticipez un maximum en préparant les documents non datés à l'avance (vos justificatifs, vos présentations)

Souvent, il est requis que la candidature soit transmise en deux exemplaires, une au chef d'établissement et une à l'agence pour le recrutement.

Seule celle transmise par votre supérieur, une fois signée et approuvée, pourra être prise en compte.

Un éventuel entretien vous sera accordé, d'une durée d'environ 30 minutes. L'entretien permet d'évaluer vos motivations et vos compétences, votre parcours professionnel et l'adéquation, enfin, de votre candidature avec le poste à pourvoir.

Le détachement devra être accordé par l'Éducation Nationale, et la proposition de recrutement doit également recevoir l'agrément du poste diplomatique.

Le bureau du recrutement de la DRH de l'AEFE devient votre interlocuteur à dorloter (car c'est celui avec qui vous aller échanger et obtenir les informations essentielles vous concernant) !

Travaillez vos langues étrangères pour enseigner

Quels sont les requis d'une candidature à un poste à l'étranger comme enseignant ?
Dans votre pays d'accueil, tous les panneaux et inscriptions ne seront pas aussi simples... Travaillez vos langues pour être autonomes !

Si la condition de citoyenneté est essentielle pour candidater à l'étranger, peut-être que l'apprentissage des langues sera tout aussi important.

En effet, pour certaines prises de poste, la maîtrise d'une langue étrangère (généralement, locale) est indispensable pour dispenser des cours à vos élèves.

Vous pensiez partir sans avoir besoin d'apprendre une langue ? Cela peut pourtant bien servir...

Pour cela, il faut se référer au référentiel européen commun des langues, octroyant un niveau A1 (débutant) à C2 (maîtrise et autonomie).

En général, un niveau B2 dans la langue locale peut être demandé.

Et oui car si les enseignements suivent les mêmes programmes scolaires qu'en France, des cours dans la langue locale sont à suivre.

Par exemple, si vous partez en détachement en Russie, ce ne sera pas pareil que si vous partez en Écosse...

Ne perdez pas espoir : vous allez enseigner à l'étranger !

Le départ à l'étranger pour enseigner n'est pas octroyé toutes les années, ni par toutes les académies...

Où aller pour trouver un poste ailleurs qu'en France ?
Être muté sous droit local aux Etats-Unis, un cadeau ? Pas sûr, quand on voit le coût de la vie...

C'est pour cela qu'il faut organiser votre projet au mieux, sans pour autant qu'il soit rigide. Il vous aussi persévérer et ne jamais baisser les bras.

Ne soyez pas à une année près, ne visez pas un seul établissement dans une seule ville à l'étranger, et soyez à l'écoute des opportunités.

Des forums permettent de vous encourager mutuellement entre professeurs et de parler de votre projet personnel et professionnel.

Pour plus d'informations, vous pouvez aussi consulter le site du ministère.

Belles démarches à vous ! 

Mais surtout, gardez à l'esprit que vous n'êtes pas seul(e) : les candidats sont tellement nombreux qu'il y a peut de chance que tout fonctionne du premier coup !

Vous avez été refusé(e) ?

Prenez votre mal en patience, et accumulez des points pour passer avant les autres dossiers lors des candidatures suivantes !

Besoin d'un professeur ?

Vous avez aimé l'article ?

0 vote(s)
Loading...

Yann

Fondateur de SuperPROF, je suis dévoré par l'envie de découvrir et de toujours apprendre de nouvelles compétences.