"Ce que je fais, c'est entendre une émotion qui vient de mon coeur et j'essaie de la transcrire sur une basse, sur une guitare ou sur un autre instrument." Richard Bona

En 2018, une étude montrait que 50 % des nouveaux guitaristes étaient en réalité de nouvelles guitaristes. De même, les motivations à faire de la guitare sont aujourd'hui bien loin des rêves de gloire. L'acte d'apprentissage de la guitare est purement individuel ou réservé à un public restreint d'amis et de famille. La guitare est devenu un loisir intimiste et un exutoire à émotions.

Pouvoir apprendre la guitare est un formidable moyen de s’exprimer, de montrer à son entourage ou à des inconnus une facette de sa personnalité, de pouvoir faire passer des émotions par un canal universel qu’est la musique.

Alors avant de vous lancez dans l'apprentissage de la guitare, travaillez votre improvisation !

Peut-on travailler l’improvisation ?

L'improvisation à la guitare, un art qui s'apprend !
Improvisez des solos comme Jimi Hendrix !

"L'improvisation est un processus de création sans écriture préalable" selon la définition donnée par Wikipédia. Partant de cette définition, il est possible d'improviser dans de nombreux domaines artistiques : la danse, la batterie, le piano, la guitare, le dessin, la sculpture...

Vous créez alors quelque chose de nouveau sur l'instant, sans y avoir réfléchi outre mesure. Tous les compositeurs démarrent par de l'improvisation, pourtant leur but n'est pas le même que quand vous souhaitez improviser pendant un concert.

Les types d'improvisation

Il existe plusieurs types d'improvisation :

  • L'improvisation totale ou libre : c'est généralement l'improvisation en jazz et notamment en free jazz,
  • L'improvisation modale : c'est l'improvisation à partir d'un mode ou d'une gamme. Le but est de mettre en valeur certaines notes d'une gamme,
  • L'improvisation tonale : c'est l'improvisation sur plusieurs accords ou sur plusieurs tonalités (notamment dans le blues, les standards du jazz et les morceaux de pop).

Alors bien sûr, il est possible de mixer les types d'improvisation pour proposer quelque chose d'unique.

L'importance d'acquérir les bases à la guitare

Lorsqu’on décide de se lancer dans cette aventure qu’est la guitare, on découvre rapidement qu’il y a des bases à acquérir, notamment en ce qui concerne les gammes, les principaux accords majeurs et mineurs, et la position des doigts sur le manche.

Une fois que vous maitrisez ces différents points, la question de l’improvisation peut se poser.

Pour bien comprendre comment se déroule le processus de l’improvisation, on peut rapprocher celui-ci de l’apprentissage du langage.

Après tout, la musique et la guitare ne sont-ils pas une autre façon de s’exprimer ?

Improviser, c’est utiliser l’ensemble de vos connaissances techniques et théoriques et les appliquer à votre guitare.

Lorsque vous parlez, vous improvisez ce que vous savez déjà : vous n’inventez ni la grammaire ni le vocabulaire mais vous créez pourtant des phrases en temps réel, avec un contenu et une façon bien à vous de dire les choses.

En guitare, c’est la même chose : improviser, c’est utiliser un vocabulaire déjà existant (les notes et les rythmes) mais en jouant de manière différente, de votre propre façon.

De l’importance des gammes dans l'improvisation

Il est impossible d’improviser si vous ne connaissez pas les bases et celles-ci se trouvent dans l’apprentissage de vos gammes.

Les gammes restent une base solide et une référence pour improviser.
Connaitre ses gammes : la base de l'improvisation

A moins d’avoir un talent inné ou un feeling extraordinaire, à moins que vous ne sachiez reproduire n’importe quel son à la guitare, les gammes restent une base solide et une référence pour improviser par la suite.

Il est certes possible d’improviser sans connaître ses gammes mais vous serez alors confronté à 2 problèmes majeurs : d’une part, vous n’obtiendrez pas obligatoirement ce que vous désirez et d’autre part, les sons que vous produirez ne fonctionneront pas obligatoirement entre eux.

L'avantage : la grande majorité des morceaux de musique occidentale (pop, folk, rock, variété...) n'utilise qu'une gamme et c'est généralement une gamme majeure (cours de guitare).

Les principales gammes pour improviser en guitare

Les principales gammes à apprendre par cœur sont la gamme pentatonique (gamme de 5 notes + la note dite tonique à l’octave supérieure), la gamme pentatonique majeur, la gamme pentatonique mineure, les gammes majeures, les gammes mineures, les harmoniques et les mélodiques.

Toutes ces gammes fournissent le principal matériau pour improviser mais vous pouvez d’ores et déjà vous contenter des gammes pentatoniques, de la gamme majeure et de la gamme mineure naturelle.

Les gammes harmoniques et mélodiques sont davantage faites pour enrichir votre jeu.

Improviser avec la gamme majeure à la guitare

La gamme majeure est une gamme heptatonique, c'est-à-dire qu'elle est constituée de 7 notes, la plus connue étant celle de Do majeur : Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si.

A partir de cette gamme de Do majeur, vous pouvez utiliser trois gammes pentatonique mineures (pentatoniques signifiant 5 notes) :

  • La gamme de Ré mineur : Ré, Fa, Sol, La, Do,
  • La gamme de Mi mineur : Mi, Sol, La, Si, Ré,
  • La gamme de La mineur : La, Do, Ré, Mi, Sol.

En partant de cette base, vous pouvez improviser sur un morceau en Do majeur. Et il n'y a pas de secret : il faut se lancer et essayer.

Commencer l'improvisation en jouant de la guitare

Pour débuter en improvisation, commencez par une gamme facile, c’est-à-dire la gamme de Do majeur : jouez les notes dans l’ordre traditionnel puis commencez à les travailler dans un ordre différent, commencez par « créer » votre propre ordre d’enchainements en restant toujours sur les mêmes notes de la gamme de Do majeur.

Petit à petit, vous allez développer votre oreille à la guitare et vous vous surprendrez à choisir vos notes : ce sont les premiers pas de l’improvisation.

Improviser, c’est garder sa liberté

L’improvisation, c’est la liberté absolue.

La seule chose que l’on vous demande est que cela sonne juste.

Même s’il semble ne pas y avoir de règles musicales en improvisation, certaines choses fonctionnent plus que d’autres : on parle alors d’outils théoriques.

Voici une vidéo d'improvisation "blues" (guitare électrique) :

Ces outils, rappelons-le, sont les accords.

Plus vous allez enchainer vos accords, plus vous développerez votre technique (main gauche et/ou main droite) et plus vous améliorerez votre oreille musicale.

En travaillant et en gardant un rythme régulier dans votre pratique de la guitare, vous allez apprendre les bases, vous les approprier puis les désapprendre, c’est-à-dire que vous créerez vos propres enchainements d’accords. Une fois que saurez comment jouer de la guitare, l'improvisation deviendra vite une de vos première préoccupations.

C’est parfois en partant de choses originales, voire farfelues que l’on tombe sur de bonnes idées (cours de guitare genève).

Comment improviser ?

Comment apprendre l'improvisation à la guitare ?
Commencez à improviser dès le début de votre apprentissage. (source : RTL)

Lorsque l’on débute à la guitare, on reproduit des notes que l’on a entendues chez d’autres guitaristes et ces notes prennent un véritable sens quand elles sonnent enfin parfaitement et que l’on parvient à les identifier.

Vous allez d’abord apprendre des phrases toutes faites, des segments, des morceaux, des riffs, des gimmicks, des mélodies, des intros voire des parties ou des solos en entier pour ceux qui sont plus à l’aise.

A force de jouer toujours les mêmes choses encore et encore, vous allez comprendre qu’il existe des similitudes entre ces phrases musicales, vous intégrerez petit à petit dans quel contexte elles vont mieux résonner.

Si vous bloquez dans l'apprentissage de l'improvisation, un prof de guitare pourrait vous aider à vous libérer. Dans ce cas, seulement quelques cours de guitare suffisent afin de surmonter vos blocages. Les cours de guitare vous permettront de reprendre confiance dans votre jeu (cours de guitare en ligne).

Par où commencer ?

  • Apprenez la gamme pentatonique pour improviser sur un blues : le blues est très riche mais il est possible de s'amuser en utilisant la pentatonique mineure de Do,
  • Jouer modal sur un nombre limité d'accords : focalisez-vous sur la note caractéristique du mode, par exemple du mode dorien joué sur un accord mineur. Les différents modes sont : dorien, phrygien, lydien, mixolydien, éolien, locrien, mode I (gamme de Do majeur),
  • Jouer dans une tonalité : commencez par trouver la tonalité d'un morceau ou d'une suite d'accords pour jouer la gamme de cette tonalité. Jouez la gamme de Do sur tous les accords de cette tonalité et choisissez ce qui sonne le mieux pour un solo en improvisation.

Pour cela, il faut comprendre comment une tonalité majeure s'organise :

  • Ier degré : accord Majeur / Majeur 7 (Do Majeur / Majeur 7)
  • IIe degré : accord mineur / mineur 7 (Ré mineur / mineur 7),
  • IIIe degré : accord mineur / mineur 7 (Mi mineur / mineur 7),
  • IVe degré : accord Majeur / Majeur 7 (Fa Majeur / Majeur 7),
  • Ve degré : accord Majeur / Dominant 7 (Sol Majeur / Dominant 7),
  • VIe degré : accord mineur / mineur 7 (La mineur / mineur 7),
  • VIIe degré : accord diminué / mineur 7, bémol 5 (Si diminué / mineur 7, bémol 5).

Si vous jouez un de ces accords, vous vous trouverez dans la tonalité de Do Majeur. Cependant, certains accords peuvent se situer dans plusieurs tonalités. C'est le cas de Fa Majeur

Donc si nous avons un de ces accords : nous avons des chances d’être dans la tonalité de C Majeur. Mais parfois des accords peuvent être dans plusieurs tonalités. Dans ce cas, il faut repérer les accords par groupe ou par cadence.

Par exemple, si vous avez les accords Ré mineur 7, Sol 7, Do majeur 7, La mineur 7, le Ré mineur 7 peut être un accord issu de Do et de Fa. Sol 7 n'appartient pas à la tonalité de Fa Majeur mais il apparaît dans Do Majeur.

Cette suite d'accords est en Do Majeur pour improviser en Do.

Apprendre à créer vos propres phrases musicales

Ces premières étapes sont longues mais nécessaires. Cependant, une fois que vous maitriserez tous ces phrasés et ces notes, que vous saurez mélanger les plans, vous serez à même de créer vos propres phrases musicales et les adapter à vos émotions du moment (cours de guitare lausanne).

Plus votre langage musical va s’enrichir, plus votre jeu sera fluide et plus vous pourrez insérer de nouveaux éléments dans vos créations.

Quelles sont les meilleures impros ?
Ne vous mettez pas de limite dans votre improvisation pour créer toujours de nouveaux enchaînements.

Travailler différentes techniques à la guitare

Pour développer vos talents d'improvisateur, il va falloir travailler les différentes techniques à la guitare :

  • L'aller-retour : attaquer la corde avec le médiator un coup vers le bas, un coup vers le haut avec votre main droite si vous êtes droitier, votre main gauche si vous êtes gaucher. Avec votre autre main, pincez la note sur le manche. C'est la technique de base à maîtriser,
  • Le sweeping : contrairement à l'aller-retour, vous attaquez deux ou plusieurs cordes en conservant le même sens d'attaque, soit du bas vers le haut, soit du haut vers le bas. La technique du sweeping permet d'aller plus vite et d'obtenir un son plus fluide,
  • Le picking : le pincement de cordes avec la main droite. A ne pas confondre avec le style de musique nord-américaine,
  • Le battement : toutes les cordes sont frottées rapidement donnant l'illusion sonore d'un accord. Il peut être descendant ou ascendant,
  • Le tapping : au lieu de pincer ou de gratter une corde, vous la frappez légèrement sur les cases du manche. Le tapping peut être réalisé à une ou deux mains : à une main, la main gauche (pour les droitiers par convention) reste sur le manche dans son rôle habituel, tandis que la main droite vient tapoter les cases. Dans le tapping à deux mains, les deux mains viennent réaliser des phrasés en tapotant les cordes,
  • Le bend : bend en anglais signifie courber. La technique consiste à venir "plier" une ou plusieurs cordes pour augmenter leur tension en poussant ou tirant les cordes sur un axe parallèle aux frettes,
  • Le vibrato : vous pouvez apprendre à maîtriser l'accessoire (une petite tige de métal vissée au niveau du chevalet) permettant de détendre les cordes pour faire baisser la fréquence des notes jouées. La technique peut aussi être acquise sans l'accessoire, en maîtrisant l'effet de vibré (noté comme des vaguelettes sur les tablatures). A ne pas confondre avec le bend : le vibrato fait varier rapidement la hauteur du son plusieurs fois par seconde alors que le bend rend la note plus aigüe, plus longtemps. Le vibrato peut aussi être réalisé à l'aide d'une pédale d'effets,
  • Le legato : vous devez attaquer une première note avec le médiator et laisser sonner les autres notes uniquement avec la main gauche en frappant la corde avec les doigts comme un marteau (hammer) ou en relâchant la corde en direction d'un autre doigt (pull-off),
  • Le saut de cordes : pour gagner en précision dans la main droite et délier vos doigts, pratiquez le saut de cordes associé à la technique de l'aller-retour,
  • Le hybrid-picking : aussi appelé chicken picking en country ou jeu médiator-doigts en français, c'est une technique de jeu consistant à jouer des lignes rythmiques et mélodiques en utilisant à la fois le médiator (tenu entre le pouce et l'index) et les autres doigts de la main (majeur, annulaire, auriculaire),
  • Le slap : plutôt utilisée par les bassistes, cette technique peut cependant rendre votre jeu original. Elle consiste à faire claquer une corde, soit avec un effet de percussion avec le pouce (popping), soit avec un doigt en crochet,
  • Les accords barrés : un doigt appuie sur plusieurs cordes, jouant ainsi le rôle d'un capodastre.

Il existe d'autres techniques pouvant être apprises et permettant de varier votre jeu. A vous de les découvrir sans pour autant sauter les étapes.

Comment éviter les pièges de l’improvisation ?

Comment inventer de nouveaux morceaux ?
Laissez-vous aller dans vos improvisations pour être original ! (source : Friends)

L’un des pièges de l’improvisation est de tourner en rond. C'est aussi simplement le piège de l'apprentissage de la guitare : vous ne serez jamais arrivé à la fin de votre apprentissage et il y a toujours quelque chose à apprendre pour progresser !

En improvisation, on utilise souvent les mêmes phrases apprises par cœur ; on cherche alors à les exploiter au maximum, à les déformer, à les transformer, à les adapter et soudain, ces phrases intègrent votre vocabulaire.

Vous les avez intégrées à votre langage musical et à votre jeu en tant que guitariste.

Encore une fois n'hésitez à poser des questions à un guitariste expérimenté : comment jouer plus vite de la guitare, comment jouer de la guitare à une main etc.

D’un côté, c’est un avantage car vous pourrez utiliser ces phrases musicales dans n’importe quel contexte musical mais l’inconvénient, c’est que ces phrasés ont perdu de leur fraicheur, de leur nouveauté, ils sont devenus vos « nouveaux basiques ».

Vous allez devoir en apprendre de nouveaux pour découvrir de nouveaux horizons, pour donner l’impression de vous renouveler.

Savoir se renouveler

Le meilleur moyen de ne pas tomber dans le piège de l’improvisation, c’est de vous renouveler sans cesse, de toujours chercher de nouvelles techniques à acquérir, de nouveaux phrasés à développer, de nouvelles façons de frapper vos cordes, d’alterner toutes les techniques que vous avez accumulé.

Comment faire ?

  • Imitez d’autres guitaristes et apprenez leurs phrasés, leurs riffs : vous allez développer votre sens de l’improvisation en puisant chez d’autres les ressources dont vous avez besoin. Inspirez-vous de leur style pour créer le vôtre.
  • Transformez ce que vous maitrisez déjà : si vous avez l’impression de toujours jouer les mêmes accords, dans le même ordre, de la même manière, modifiez votre rythme, changez quelques notes ou jouez les notes dans le sens inverse, voire en sautant une note sur deux. L’important est de faire des essais, même s’ils paraissent absurdes car c’est souvent à cet instant qu’une idée originale surgit.
  • Trouvez d’autres sources d’inspiration : pour jouer de la guitare, il ne suffit pas de s’inspirer uniquement de morceaux de guitare. Écoutez d’autres instruments comme la trompette, le saxo, le piano, la basse, le violon et découvrez comment les notes et les accords s’enchainent sur ces instruments. Les phrasés seront sûrement différents que sur une guitare, ce qui vous donnera un second souffle dans votre improvisation.
  • Oubliez ce que vous savez : que ce soit pour les accords, les arpèges, les gammes, essayez de désapprendre et d’improviser de façon totalement libre, en vous dégageant de toute théorie. Il est possible qu’il y ait des fausses notes, des enchainements étranges qui ne paraitront pas du tout musicaux mais vous aurez débloqué votre jeu et c’est alors que vous pourrez enrichir votre vocabulaire musical.
  • Enregistrez-vous : à chaque fois que vous prenez votre guitare, enregistrez-vous durant 15 minutes. Durant ce laps de temps, improvisez totalement. Même s’il y a des fausses notes, même si la mélodie n’est pas à la hauteur de vos espérances, ce petit quart d’heure aura été productif, il est fort possible que vous ayez réussi à dégager quelque chose d’intéressant, de nouveau. Au lieu de prendre le risque d’oublier ce petit bijou musical que vous avez su jouer par mégarde, vous pourrez rapidement le retrouver pour le peaufiner.

Derniers conseils pour improviser en guitare

Quoiqu’il arrive, pour improviser, essayez de faire l’inverse de ce que vous faites d’habitude :

  • Vous jouez au médiator ? Essayez de jouer aux doigts.
  • Vous jouez souvent dans les aigus ou au-delà de la 12e case : essayez près du sillet de tête, et des premières cases, jouez aussi dans les graves.
  • Vous commencez souvent vos arpèges ou vos accords par le même enchainement : interdisez-vous de le faire et contraignez-vous à faire autrement.

Vous pouvez toujours demander de l'aide à votre prof particulier lors de vos cours de guitare.

Sortez des sentiers battus lorsque vous improvisez

En improvisation, vous devez casser vos habitudes et cela passe inévitablement par un long travail de l’instrument mais aussi sur vous-même.

N’oubliez pas qu’il est nécessaire de se renouveler en improvisation et de toujours trouver du plaisir en incluant de nouvelles idées de jeu.

Si vous avez un bon niveau instrumental, la barrière sera essentiellement psychologique : laissez-vous du temps pour créer vos propres mélodies, apprenez à apprécier les bonnes idées, notez-les si besoin et avancez pas à pas.

Improviser : c'est laisser place à ses émotions

Improviser en jouant de la guitare, c'est écouter ses émotions.
Racontez une histoire (un récit musical) !

Enfin, l’improvisation en guitare comme tout phrasé en musique est de susciter des émotions, chez vous comme chez votre auditeur, alors n’hésitez pas à raconter une histoire.

Le récit est souvent plus important que la justesse des accords, c’est pourquoi ne négligez pas dans vos improvisations, le groove, le swing, le feeling, l’intensité, la folie, l’émotion, etc. et essayez de créer un climat dans votre jeu, souvent vers la fin de votre improvisation.

Vous vous demandez encore : pourquoi prendre des cours de guitare nyon ?

Besoin d'un professeur de Guitare ?

Vous avez aimé l'article ?

5,00/5, 1 votes
Loading...

Yann

Fondateur de SuperPROF, je suis dévoré par l'envie de découvrir et de toujours apprendre de nouvelles compétences.