Partager

Progresser et devenir bon en maths en 14 étapes

De Yann, publié le 15/02/2019 Blog > Soutien scolaire > Maths > Les Astuces pour Mieux Comprendre les Maths

« Les mathématiques sont en un sens la poésie des idées logiques. » Albert Einstein

Comme Einstein, essayez donc de voir les maths comme un art !

Mais comment réussir dans les mathématiques ?

Une question des plus importantes, pourtant synonymes de maux de tête à travers toute la planète…

Vous le savez probablement déjà : les mathématiques vous permettront d’accéder à des jobs de « premier plan ». Ingénieur, financier, médecin, vétérinaire, architecte…

Si votre plan de carrière comprend l’une de ses professions, mais que vos résultats (en cours de math) ne vous le permettent pas encore, Superprof vous explique ici, en 14 astuces, comment progresser et devenir bon en maths !

Comprendre que personne n’est vraiment nul en maths !

Comment progresser en mathématiques ? Non, vous n’êtes pas nul-le en maths, il faut simplement travailler ! (source : Rometus)

Et oui ! Cette phrase vous fera peut-être sourire, voire rire, et notamment si vos résultats vous font penser le contraire, mais de nombreux professeurs l’affirment : personne n’est vraiment « nul » en mathématiques.

Si vous pensez le contraire, il s’agit donc de réajuster votre état d’esprit et de comprendre que cette matière n’est faite que de logique.

D’une certaine logique. Et c’est elle que vous devez apprendre à déchiffrer.

Cette logique, on ne vous l’apprend d’ailleurs pas forcément à l’école. Tout du moins, la pédagogie n’est parfois pas orientée vers elle.

Ce qui peut donner un apprentissage laborieux des mathématiques, résultant ensuite d’un rejet de la matière (du fait des nombreuses idées reçues sur les maths).

Qui sait, avec un peu de travail, vous parviendrez peut-être à aller chercher une bonne note au Bac de maths !

La logique mathématique est à la limite de la philosophie, à cela près qu’un raisonnement mathématique permet d’affirmer quelque chose de faux ou de vrai. En mathématiques, il n’y a pas de place pour l’approximation : une proposition est soit vraie, soit fausse.

Prenons par exemple la proposition : x>1. 

Ce n’est pas une proposition logique complète car la variable x est libre. On ne sait pas à quoi correspond x. Est-ce un point ? Un nombre entier ? Un vecteur ? Une étoile de l’univers ? Il est donc impossible de dire que la proposition est vraie.

Améliorer sa logique mathématique

Comment développer son esprit matheux ? Les jeux de stratégie permettent d’acquérir une logique mathématique.

Si certains élèves montrent davantage de facilité à structurer, organiser, faire des schémas, c’est qu’ils ont été stimulés dès leur plus jeune âge.

L’esprit mathématique se développe dès le plus jeune âge. Ainsi, les enfants doivent être stimulés pour acquérir une logique mathématique implacable.

Si vous avez des enfants ou si vous travaillez avec des enfants, essayez donc de les stimuler au maximum dans leur vie quotidienne. Même si vous vous estimez mauvais en maths, vous pouvez le faire à l’aide d’outils simples :

  • Suscitez le questionnement : encouragez-les à poser des questions et poussez-les à se questionner grâce à cette petite phrase « tu sais pourquoi ? ». Expliquez-leur les panneaux de la route, pourquoi il neige, l’utilisation des pièces et des billets, les prix… On pense souvent qu’il est inutile de tout expliquer à un enfant parce qu’il ne peut pas tout comprendre. Mais même s’il ne capte pas tout du premier coup, il mémorise vite et comprendra plus facilement,
  • Favorisez la marche à 4 pattes et laissez-le explorer son environnement : la marche à quatre pattes favorise la coordination des mouvements en faisant fonctionner les deux parties du cerveau (très utile pour la suite),
  • Faites faire du sport à vos enfants pour développer sa psychomotricité : le vélo, par exemple développe la latéralité et fait travailler les deux côtés du cerveau,
  • Demandez-lui le jour de la semaine, le mois, l’heure qu’il est, la saison… Mettre à disposition une montre et un calendrier dès 4 ou 5 ans permet à l’enfant de mieux se situer dans le temps,
  • Jouez avec les quantités que l’enfant voit tous les jours : nombre de couverts, de personnes, de bonbons, de poupées. Dès 3 ans, un enfant est capable de différencier 1, 2 ou 3 quantités,
  • Jouez avec lui : les jeux de société favorisent la logique et le fait de compter.

Attention à ne pas faire de bourrage de crâne et d’éviter les exercices répétitifs et lassants.

L’enseignement kinesthésique (par la manipulation) est primordiale pour acquérir une logique mathématique.

Oui, mais passée l’enfance, c’est foutu ?

Rassurez-vous, il est toujours possible de développer sa logique mathématique même si c’est plus compliqué avec l’âge. Pour cela, le jeu est encore une bonne solution : les jeux de stratégie comme les échecs ou les dames et les jeux de déduction comme le Cluedo.

Mais d’autres exercices peuvent vous permettre d’accroître votre esprit mathématique :

  • Planifier un projet et identifier toutes les tâches et l’ordre dans lequel les réaliser,
  • Créer des problèmes mathématiques et les donner à résoudre à d’autres,
  • Décomposer les étapes pour la réalisation d’un mouvement complexe (dans le sport, dans la danse…).

Au quotidien, cela peut vous aider dans les langues à induire des règles en étudiant leur structure logique, en histoire à créer des représentations graphiques pour établir une chronologie, en sciences à interpréter les signes et à suivre un protocole…

Avoir des bases solides pour comprendre les maths !

C’est probablement assez bateau de dire cela, mais on ne répétera sans doute jamais assez l’importance capitale des bases, et ce, quelle que soit la discipline dont on parle !

Evidemment, il en va de même pour les maths.Les fondamentaux mathématiques s’acquièrent quant à eux lors de la petite enfance et l’adolescence : entre CP et CM2, puis au collège. Ainsi, au lycée, lorsque « l’épuration » des filières commence à se faire, pour envoyer un tel ou un tel en scientifique, en littéraire, économique ou technique, les bases sont alors considérées comme acquises.

En gros, si vous souhaitez rejoindre une classe scientifique et passer au niveau supérieur, il vous faut maîtriser ce socle de connaissances sur le bout des doigts.

Si ce n’est pas le cas, vous aurez des lacunes. Le mieux est de vouloir progresser dans la matière. L’un de nos premiers conseils sera alors de commencer par là : revoir les bases !

Quel que soit le niveau de mathématiques auquel vous souhaitez accéder ensuite, ces fondamentaux seront toujours là, alors autant assurer leur assimilation dès maintenant. Mais par quoi cela passe-t-il ?

Voici une petite liste de révision pour vous :

  • Les tables de multiplication, de façon à ce qu’elles soient automatiques,
  • Les différentes opérations : la multiplication, la soustraction, la division et l’addition. Cela peut faire sourire, mais si, à un moment donné de votre parcours scolaire, vous oubliez où et comment poser une retenue ou que la méthode de division sur papier vous est sortie de la tête… Cela pourrait vous faire mal lors d’un examen !
  • Le système décimal,
  • Les théorèmes de base : Pythagore et Thalès notamment,
  • La géométrie : connaître les différentes formes géométriques, les triangles et les angles,
  • Les fractions

En revoyant tout cela avec concentration et sérieux, vous posez ainsi le terreau nécessaire à votre progression en maths.

Assimiler une fois pour toutes le vocabulaire propre aux maths

Combien coûte un cours de maths ? Vous devez connaître les termes mathématiques pour progresser.

Là encore, nous sommes dans le domaine des bases. Mais il s’agit plus ici de compréhension écrite, essentielle aux mathématiques, que de formules.

Pour progresser en maths, il vous faudra donc parfaitement comprendre le vocabulaire propre aux mathématiques, afin de déchiffrer les problématiques que l’on vous impose.

Ce vocabulaire en question comprend des mots tels que :

  • Ajouter,
  • Soustraire,
  • Retenir,
  • Facteur,
  • Produit,
  • Somme,
  • Terme,
  • Différence,
  • Dividende,
  • Facteur,
  • Quotient…

Un travail de mémorisation essentiel pour avoir de meilleures notes en maths !

Comprendre un cours avec des exercices corrigés

Le cours de maths du jour a été difficile pour vous ? Vous ne l’avez pas compris ou peu ?

Cela arrive évidemment, et plus ou moins souvent selon les élèves. Mais faut-il pour autant oublier cette mauvaise journée et se dire que l’on comprendra mieux au prochain cours ?

C’est possible, mais la meilleure solution pour vous reste de creuser la question vous-même, en prenant le temps dont vous avez besoin pour cela. Chez vous.

Pour que vous puissiez progresser dans un domaine que vous n’avez pas réussi à comprendre de prime abord, il est intéressant de compléter les notes restantes de votre cours de maths avec d’autres existant déjà sur internet.

Ensuite, lorsque le cours de maths est complet, servez-vous de ces fameux exercices corrigés que l’on peut trouver dans certains livres de maths ou sites web.

Une fois le cours plus ou moins assimilé, jetez-vous dans le bain et prenez le risque de faire des erreurs.

Les exercices corrigés vous permettront de les identifier rapidement pour mieux les comprendre. Ceci est probablement l’une des meilleures méthodes pour progresser en maths.

« L’échec est le fondement de la réussite. » Lao Tseu

C’est grâce à vos erreurs que vous pourrez progresser à condition bien sûr de les analyser pour les comprendre et de ne pas les reproduire.

Engager un prof particulier pour comprendre les maths

Où trouver des cours de maths à Paris ? Soyez attentif lors de vos cours de maths !

Les difficultés en mathématiques sont diverses et nombreuses. Différents échecs scolaires peuvent créer chez l’enfant un mal être profond.

Ne pas comprendre les mathématiques peut être très mal vécu par un élève qui ne se sent pas capable d’avoir de bonnes notes.

Engager un prof particulier en mathématiques pourra aider votre enfant à éviter ce genre d’erreurs :

  • Difficultés lexicales : l’enfant ne comprend pas la significations de certains termes. Le prof particulier pourra lui expliquer les notions qu’il n’a pas pas compris,
  • Difficultés liées à l’abstraction des concepts : le professeur pourra schématiser des concepts non compris,
  • Difficultés liées à la représentation d’objets dans l’espace ou dans le temps : le prof pourra aider l’enfant en prenant le temps de lui représenter l’objet non assimilé.

Comprendre les mathématiques est une activité difficile, qui demande la mobilisation de nombreuses ressources intellectuelles.

Un léger problème dans le fonctionnement de la mémoire ou de la faculté de se projeter dans l’espace peut justifier et expliquer une mauvaise compréhension des mathématiques.

Selon le psychologue et biologiste Jean Piaget, la difficulté mathématique peut commencer très tôt chez un individu, même à l’enfance.

En France, l’expression être « nul en maths » est bien plus courante que pour les autres matières.

Engager un professeur particulier pour comprendre les maths est une très bonne façon de remédier aux problèmes mathématiques ressentis par l’élève.

En effet, le professeur pourra utiliser plusieurs méthodes pour faire comprendre les maths à l’élève :

  • Schématiser au maximum les notions géométriques,
  • Répondre à toutes les questions que l’élève lui posera,
  • Construire un cours sur-mesure et personnalisé.

Comprendre les maths avec un prof particulier est plus facile car l’élève sera seul à seul avec son enseignant. Il aura toutes les possibilités pour tenter d’assimiler des notions parfois abstraites.

Quels sont les avantages d’engager un prof à domicile pour comprendre les maths ?

  • L’élève aura le temps de discuter avec son prof : pas de pression !
  • Pas d’angoisse au sujet des notes : le professeur à domicile n’est pas là pour vous juger. Il est là pour vous aider  !

N’oubliez pas que le professeur particulier n’a qu’un but : vous aider à comprendre les maths !

Organiser son travail pour devenir bon en maths

Vous pouvez avoir toutes les facilités du monde en mathématiques, celles-ci ne seront jamais mieux servies que par un sens certain de l’organisation de vos cours.

Que vous soyez plutôt pro-classeur ou pro-cahier, il apparaît évident de ne pas mélanger les genres et les thématiques. De même, ne commencez pas de nouveau chapitre sur une feuille déjà utilisée pour un autre !

Créez-vous une hiérarchie claire et qui sera lisible pour vous. N’oubliez pas que la mémoire photographique est la plus puissante chez une majorité de personnes.

Il est donc important d’optimiser l’organisation de vos notes, pour mieux vous les remémorer !

Et en parlant de lisibilité, il serait dommage de gâcher une belle organisation par une écriture disgracieuse.

Ecrivez lisiblement chaque mot pour ne pas les confondre au moment de la relecture ! Et pour améliorer cette fameuse lisibilité, l’autre astuce est de séparer la couleur de ce qui relève du cours et des notes, avec les définitions/règles/théorèmes : à écrire en rouge ou à encadrer proprement.

Enfin, réalisez vos figures géométriques à l’aide d’instruments appropriés et non pas à main levée ! Effectuez-les en plein centre de la page.

Avec cet ensemble de règles, vous arriverez certainement à organiser votre travail, indispensable dans une optique de progression.

Relire, ficher et retravailler sa leçon après chaque cours de maths

Comment devenir prof de maths ? Faire des fiches après vos cours de maths vous permet de mieux assimiler.

Les élèves n’assimilent qu’une petite partie de ce que le professeur tente d’enseigner en cours. C’est bien connu.

Et cela diffère d’ailleurs selon les moments de la journée, la fatigue aidant.

Alors, pour vous qui êtes un élève sérieux et qui avez pris note de la leçon donnée, il est toujours très intéressant de compléter cette assimilation par la relecture du cours, et ce, le soir même si possible.

Si votre désir est de progresser rapidement en mathématiques, il est alors important de jouer sur cette mémoire à court terme. La leçon reçue le jour même, surtout si elle n’est qu’en partie enregistrée, doit être complétée quelques heures plus tard.

Pour ce faire, la relecture est évidemment un outil très utile, mais la réécriture et la classification du cours sur des fiches spéciales, dans lesquelles les parties les plus importantes et pertinentes sont gardées, est encore mieux !

En procédant de la sorte, vous vous donnez non seulement l’opportunité de comprendre le cours, mais aussi de l’apprendre par cœur. D’autant plus que, connaître son cours et l’apprendre par cœur, permet de pouvoir justifier l’ensemble de ses réponses lors d’exercices et examens futurs.

Un travail indispensable pour réussir en mathématiques !

Les vertus de la révision pour comprendre les mathématiques !

Qui n’a jamais entendu cette phrase :

« Pour comprendre les maths, il faut réviser tous les soirs après les cours » ?

Alors on ne va pas se le cacher, parfois, le soir, on n’a pas forcément envie de revoir les leçons de maths apprises durant la journée !

Pourtant, il faut être honnête, c’est une très bonne méthode pour comprendre enfin les maths.

« Quand on commence sa séance de révision, on prend son cours et on le lit attentivement. Puis on referme son cahier et on écrit tout ce qu’on a retenu de la leçon sur une feuille blanche. Ensuite, on compare sa feuille et son cours », conseille Mohamed Mimouni, professeur agrégé de mathématiques au lycée Jacques de Vaucanson de Tours.

Pour que vous deveniez un pro de la révision, Superprof vous donne ces quelques conseils utiles pour assimiler les mathématiques…

1. Réviser vos mathématiques méthodiquement !

Pour chaque chapitre, il faut commencer par relire attentivement la leçon théorique.

Puis on ferme son cours et on prend une feuille blanche : on y note tout ce qu’on a retenu du cours. C’est la méthode des « feedbacks », cela permet de voir très vite ce que l’on sait et ce que l’on ne sait pas.

Puis on passe directement à un exercice d’application, qui va juste nous faire mettre en pratique ce que l’on vient d’apprendre.

2. Organiser son travail pour réviser les mathématiques

Il faut faire des maths tous les jours ! Ce qui est important, c’est de s’organiser des petites sessions très régulièrement, plutôt que de passer une semaine sur les maths et ne plus rien faire après.

La régularité est primordiale dans la compréhension des mathématiques.

Si vous avez un contrôle ou bien un examen de maths, vous pouvez débuter vos révisions avec des annales 3 à 4 semaines avant l’épreuve. Et là encore, il ne faut pas hésiter à revenir au cours si on ne comprend pas un élément.

3. Changer de rythme pour bien réviser

Avant toute épreuve de mathématiques, que ce soit le brevet, le bac ou bien un concours d’entrée aux grandes écoles, vous devez vous concentrer uniquement sur vos révisions.

On oublie un peu les fiestas, les week-end arrosés. Il faut penser que ces petits sacrifices seront bénéfiques pour votre avenir !

4. Travailler en duo avec votre prof particulier de maths

Faire des sessions de révision avec votre professeur particulier de mathématiques est une très bonne méthode. A chaque erreur, il pourra vous aider, vous reprendre et vous expliquer ce qui est faux.

Votre progression ne sera que meilleure !

5. S’entraîner à rédiger en langage mathématique

Il est très important de savoir bien rédiger ses démonstrations de mathématiques.

A savoir : lors d’un examen de mathématiques, la rédaction et la méthodologie de vos démonstrations comptent pour 40 à 50% de votre note.

Attention : ce n’est pas parce que vous écrivez en langage mathématique, qu’il faut faire des fautes d’orthographe ! Une démonstration mathématique est en réalité très littéraire. Il faut tout expliquer avec le bon vocabulaire et la bonne syntaxe.

6. Soigner la présentation de vos cours de maths

Il est important de bien écrire ses cours de mathématiques pour pouvoir réviser vos cours correctement.

Vous pouvez surligner, ou souligner d’une couleur les mots clés, les formules…

Lorsque vous lirez vos cours de maths seconde les informations les plus importantes vous sauteront aux yeux.

Bon à savoir : il est intéressant de relire ses cours de maths juste avant de dormir. C’est le soir que la mémoire enregistre le plus de données et les conserve.

Acheter des livres complémentaires

Où trouver des cours de maths à Nice ? N’hésitez pas à travailler en parallèle de vos cours particuliers !

Pour compléter les cours que l’on vous prodigue à l’école, n’hésitez surtout pas à investir dans un autre livre de mathématiques.

Faites-en sorte de choisir un ouvrage dont le propos sera assez vulgarisé pour vous. Investir dans un livre trop compliqué sera un coup pour rien.

Le complément de cours que cela peut vous apporter est très intéressant. C’est aussi l’occasion de relire votre cours, mais écrit différemment.

Enfin, si le travail personnel ne vous suffit plus, la dernière option qu’il vous reste est de prendre des cours particuliers, avec des professeurs certifiés.

Cela représente un autre budget, il est vrai, mais on ne progresse probablement jamais autant  que dans une situation d’enseignement individuel.

Le professeur particulier se focalisera sur votre programme, vos objectifs et vos blocages. Dans un temps qui vous sera totalement consacré, le taux d’assimilation s’améliore considérablement.

N’hésitez pas enfin à lui demander quelques astuces pour améliorer votre calcul mental !

Revoir les bases grâce à des cours en ligne

Pour comprendre les mathématiques, il existe plusieurs méthodes :

  • Engager un professeur particulier de maths,
  • Réviser avec un ami qui a un bon niveau en mathématiques,
  • S’inscrire dans un institut d’aide aux devoirs,
  • Intégrer une association où des bénévoles proposent des cours de soutien de maths.

Mais il existe aussi les cours de maths en ligne ! Des sites internet proposant une base de données extraordinaire qui vous permettront de comprendre les maths.

Voici une petite liste de sites internet qui vous aidera à réviser calcul mental, fraction, géométrie, trigonométrie et autres arithmétiques…

Mathenpoche : réviser les maths de la 6e à la Terminale

Ce site internet propose :

  • Des cours,
  • Des exercices,
  • Des QCM
  • Et des devoirs pour réviser les mathématiques.

Math en poche est un site web interactif qui permet de réviser les maths de la 6e à la terminale.

Sur la page d’accueil, l’élève choisit son niveau d’étude et pourra revoir :

  • Les proportionnalités,
  • Les angles,
  • Les cosinus,
  • Les vecteurs et la trigonométrie…

Toutes ces ressources sont en accès libre et permettront à l’élève de progresser en maths.

Maths et Tiques : réviser les maths en vidéo !

Des cours de maths pour réviser ou revoir les bases mais aussi pour découvrir l’histoire des mathématiques grâce à des vidéos, de la documentation, ou encore des petites histoires sur les maths.

Ici, c’est la découverte mathématique qui est mise à l’honneur.

Allant de la 6e à la terminale, les cours de maths sont en adéquation avec le programme scolaire.

Les élèves vont alors tenter de comprendre ces différents sujets mathématiques :

  • Les fractions, 
  • Le calcul littéral, 
  • La trigonométrie…

Autant de notions importantes qui seront déterminantes dans la réussite de votre enfant.

Mathix : le site pour se préparer aux examens mathématiques

Contrôles, brevet, BAC L, ES, S… Ce site internet permet de réviser ses examens grâce à des annales des années précédentes.

Il est intéressant de réviser les mathématiques en s’entraînant sur des annales, car l’élève peut situer son niveau en maths.

Le site propose aussi des cours pour les élèves allant de la 6e à la 3e.

Des définitions de concepts sont aussi accessibles. Par exemple :

  • Adjacent : provient du latin ad- et jacere (être couché auprès de),
  • Dénominateur : provient du latin denominare (nommer). Le dénominateur donne le nom de la fraction. Par exemple : on parle de cinquième lorsque la fraction a pour dénominateur 5,
  • Résoudre : provient du latin resolvere (délier)…

Comprendre que les maths sont indispensables dans la vie…

Comment progresser en statistiques ? Faire ses comptes, ou l’un des nombreux exemples d’application des mathématiques dans notre quotidien…

Eh oui, les mathématiques nous servent dans la vie de tous les jours. Il faut donc les maîtriser !

Que ce soit pour pratiquer un métier, faire ses courses, acheter un appartement… Il y a des tas de raisons de comprendre les maths, de les assimiler et de les pratiquer !

Découvrons ensemble quelques domaines où les maths sont hautement importantes dans notre société moderne…

1. Dans la vie quotidienne

Les exemples les plus flagrants s’illustrent dans notre vie quotidienne :

  • Vérifier sa monnaie à la boulangerie,
  • Cuisiner : en respectant les doses des recettes,
  • Anticiper ses paiements d’impôts,
  • Comprendre son banquier,
  • Équilibrer un budget familial…

Autant de bonnes raisons de comprendre les maths. Vous ne vous ferez pas arnaquer par un vendeur ou encore vous comprendrez votre banquier quand il vous parlera de taux d’intérêts.

Comprendre les maths, c’est comprendre une partie de la vie qui nous entoure. 

2. Les maths dans le secteur des technologies

Météo, téléphonie mobile (fréquence, gestion des appels), internet, transports… Les mathématiques ont permis de développer des objets du quotidien.

Grâce aux mathématiques, on peut prévoir la météo, faire évoluer les réseaux internet, optimiser des opérations de maintenance…

Comprendre les maths et savoir les utiliser permet de trouver un travail dans le secteur technologique !

3. Comprendre les mathématiques pour intégrer le secteur médical

Evidemment, les mathématiques sont utiles dans le milieu médical. Médecine générale, chirurgie, kinésithérapie, hématologie…

Il faut maîtriser les maths pour sauver des vies. Bonne motivation, non ?

En effet, après avoir suivi un bac S, vous pouvez intégrer des prépas pour accéder à des études de médecine. 

Et un conseil, si vous souhaitez suivre ces études, il vaut mieux comprendre les maths, et aimer cette matière hautement scientifique !

Pourquoi les asiatiques sont meilleurs que nous en maths ?

Singapour et le Japon occupent la première et la deuxième position des résultats mathématiques les plus brillants selon le PISA (Program for International Student Assessment), un sondage international comparant les systèmes d’éducation à travers le monde. L’Australie se situe à la douzième place de ce classement.

Alors, quel est l’ultime secret pour être bon en maths ?

L’enseignement des maths au Japon

Entre l’âge de 7 et 8 ans, les Japonais apprennent par coeur les tables de multiplication en utilisant la méthode kuku 九九.

C’est une chanson répertoriant les tables de multiplication de 1 à 9 et ils doivent la chanter le plus vite possible. Il y a même des concours entre les élèves pour savoir qui est capable de rapper le plus vite les 81 lignes des tables kuku.

Ainsi, à l’âge adulte, les Japonais ne savent pas que « 7×7=49 » parce qu’ils se souviennent de leur cours de maths mais parce qu’ils se rappellent la musique de « sept sept quarante-neuf ».

D’autres cours en écoles privées utilisent la méthode du boulier pour enseigner les opérations aux étudiants. Cette méthode de manipulation permet de rendre plus concrète l’opération et donc de l’ancrer plus facilement dans sa mémoire.

Le but étant de basculer progressivement vers l’utilisation d’un boulier mental pour performer en calcul mental : l’élève s’imagine déplaçant les boules du boulier pour trouver la solution de l’opération.

Les jeunes Japonais à l’école primaire ont 4 séances de mathématiques par semaine de 45 minutes.

Les cours de maths en Australie

L’Australie n’utilise pas la méthode du « par coeur ».

A Victoria, par exemple, les établissements encouragent les professeurs à ne plus utiliser les vieux livres de maths et à ne plus enseigner de formules mathématiques à apprendre par coeur.

Ces recommandations suivent les idées du psychologue américain Jerome Bruner qui explique qu’apprendre est plus efficace si les enfants découvrent les concepts par eux-mêmes.

L’apprentissage par coeur est perçu comme un facteur contribuant à une compréhension médiocre des mathématiques.

Mélanger les deux méthodes

Cependant, l’apprentissage par coeur ne doit pas non plus être totalement délaissé : pour mieux comprendre un concept, un enfant a besoin de posséder quelques bases.

Apprendre par coeur n’est pas toujours très fun. Mais en utilisant la méthode japonaise, les enfants trouvent cela plus intéressant. Au Japon, le calcul mental est un sport à part entière et tous sont conviés à participer.

Les maths ne sont pas réservés aux garçons, de nombreuses filles participent à ces concours.

En Australie, les performances sont de moins en moins évaluées : il n’y a plus de panneaux de score quand les enfants de moins de 10 ans jouent au football.

Il n’y a donc pas de sentiment d’échec mais pas de sentiment de réussite non plus et d’envie de se dépasser.

Il n’y a pas de secret : pour devenir meilleur, il faut pratiquer et avoir conscience de ses lacunes pour s’améliorer sans cesse.

Sans aucune notion de performance, il devient alors compliqué de progresser.

Les deux méthodes ne sont pourtant pas incompatibles : pour acquérir les bases mathématiques, l’apprentissage par coeur semble être plus approprié. Mais ensuite, l’élève doit être stimulé pour avoir envie de comprendre les mécanismes inhérents aux problèmes mathématiques et faire des erreurs pour pouvoir les dépasser.

Dernières stratégies pour devenir meilleur en maths

A quoi servent les mathématiques ? D’autres méthodes sont possibles pour progresser en maths.

Comme on est plutôt sympa chez Superprof, on vous laisse avec quelques astuces en plus pour vous améliorer encore et toujours en mathématiques :

  • Faites tous vos devoirs : c’est ce qui vous permet d’appliquer ce que vous avez vu en cours et de savoir ce que vous n’avez pas compris ou assimilé,
  • Ne manquez aucun cours : vous risquez de prendre du retard sur un concept et de mal l’assimiler par la suite,
  • Trouvez un partenaire de travail en maths : à deux, on arrive davantage à se motiver et si l’un n’a pas compris quelque chose, il pourra l’expliquer à l’autre,
  • Demandez de l’aide rapidement : n’attendez pas de vous trouver totalement submergé avant de demander de l’aide. Dès les premiers signes d’incompréhension, n’hésitez pas ! Reconnaître qu’on a besoin d’aide est un signe d’intelligence,
  • Posez des questions : ne vous empêchez pas en cours de demander une explication supplémentaire, il n’y a pas de question bête,
  • N’utilisez pas votre calculatrice si vous ne savez pas ce qu’elle fait : elle est juste là pour vous faire gagner du temps !

Si en suivant tous ces conseils, vous ne devenez pas la bosse des maths, on ne sait plus quoi faire ! 

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar