"La musique est une mathématique sonore, la mathématique une musique silencieuse." Edouard Herriot (1872-1952)

Régulièrement, on entend le mécontentement du côté des professeurs à propos de leurs mauvaises conditions de travail, d’une déconsidération totale ou d'évolution de la grille indiciaire des salaires trop lente.

Mais combien gagne un professeur de mathématiques par exemple ? Sa rémunération est-elle trop basse ?

Est-ce que les salaires sont égaux selon que l’on est au collège, au lycée, à la fac ? Combien peut-on espérer toucher pour un cours de maths terminale s ?Quelle différence faire entre un professeur particulier de maths à domicile, un enseignant certifié et un prof de mathématiques agrégé ?

Au titre de l'année 2019-2020, le ministère de l'Éducation Nationale recensait 870 900 enseignants agents de l'Éducation Nationale, dans les établissements scolaires d'enseignement des premier et second degrés.

Y a-t-il des différences au niveau du salaire pour donner des cours de maths ?

Voici notre étude sur la question : combien gagne un professeur de mathématiques, tous statuts confondus ?

Une inégalité de traitement entre les professeurs de maths

Le salaire d’un professeur de maths dépend de sa qualification, de son diplôme mais également de son ancienneté.

Quel est le salaire d'un prof de maths ?
Tous statuts confondus, le métier d'enseignant masque de grandes disparités de salaires.

Celui-ci fluctue aussi selon son secteur d'activité : dans l'enseignement public, les professeurs certifiés connaissent une évolution des salaires plus rapide que dans l'enseignement privé, à niveau de concours égal.

En dépit de ce que dit la loi, l’égalité de traitement entre les professeurs est loin d’être respectée : entre les mieux lotis et les moins bien payés, il y a parfois un écart de 1 à 4 et ce sont souvent les hommes qui conservent (encore) les postes les plus rémunérateurs.

Aujourd’hui, selon le ministère de l’Education nationale, on dénombre un total de 870 900 enseignants, dont la rémunération moyenne serait de 2 190 € par mois.

Mais les statistiques masquent souvent des disparités entre les statuts (enseignant titulaire, enseignant TZR, enseignant contractuel), les échelons d'ancienneté, le genre (homme/femme), ou encore les activités qu'ils réalisent dans le cadre de leur quotité de service.

Certains enseignants ont d'ailleurs une quotité de service à 25 %, 50 %, 75 % (temps partiel) ou 100 % : cela influe en toute logique sur leur salaire.

Dès lors que l'on s'intéresse à la rémunération des enseignants, on entend crier que ceux-ci font partie d'une classe de la population favorisée, et qu'ils profitent d'un système qu'il vilipendent illégitimement.

Cet argument souvent relayé dans la presse "main stream" fait passer les titulaires de la fonction publique pour des nantis, des conservateurs incapables de s'adapter aux mutations constantes du "marché de l'emploi".

Dès lors, des disparités s'observent à la lecture des chiffres : en effet, entre un jeune professeur contractuel et un enseignant des universités, la fourchette peut s’étaler entre 1 730 € et plus de 3 000 €, notamment lorsque le professeur est en fin de carrière.

Comme dit précédemment, le salaire d’un professeur dépend notamment de son ancienneté mais en règle générale, on constatera qu’un professeur agrégé gagne nettement plus qu’un professeur des écoles ou qu’un professeur certifié.

Il y a donc aussi, dans le traitement des fonctionnaires, un écart lié au type de concours de recrutement des cadres de la fonction publique d'État.

En ce qui concerne l’ancienneté, on remarque là aussi des écarts incroyables entre les jeunes profs de maths et les plus anciens : les plus de 50 ans touchent un salaire – hors primes – supérieur de 50 % à celui d’un jeune prof de maths (moins de 30 ans) dans le primaire et de 62 % dans le secondaire.

La cause ? L'évolution lente des grilles indiciaires ainsi que les opportunités d'évolution de carrière au sein de grilles hors-classe, où la progression salariale est plus rapide.

Le salaire des enseignants titulaires dépend en effet des échelons qu'ils ont franchi au cours de leur carrière sur leur grille indiciaire.

Le salaire - appelé traitement de base - est fixé selon son corps d'appartenance et son grade dans la fonction publique. A cela, il faut désormais ajouter diverses primes et indemnités, perçues dans le cadre d'activités particulières (accompagnement, soutien scolaire, professorat principal, etc.).

Mais selon les primes qu'ils obtiennent, les heures supplémentaires effectuées, les fonctions attribuées (certains sont professeurs principaux par exemple), le traitement diffère encore.

Selon le Café Pédagogique, si les enseignants perçoivent en moyenne 2 190 € nets par mois, 30 % des enseignants certifiés et des professeurs des écoles se situeraient en-dessous de cette rémunération.

On ne peut donc hélas vous indiquer le salaire net précis à l'euro près d'un professeur de mathématiques.

Les données sur le web sont opaques (ou subjectives selon l'idéologie de leurs auteurs), les statuts tellement hétérogènes, que l'on ne peut travailler qu'avec des moyennes qui masquent de nombreuses disparités (notamment les temps partiels et les inégalités hommes/femmes).

Ainsi, à nos lecteurs professeurs qui pourraient crier à l'imposture : nous n'exprimons que des tendances.

Autre fait : la France est, parmi ceux de l'OCDE, un pays qui paie moins bien ses professeurs débutants pour des cours de maths.

Mais la différence tend à se réduire au fur et à mesure de la carrière du professeur de maths. Celle-ci progresse plus rapidement à la fin qu'au début, ce qui fait légitimement dire aux jeunes enseignants que leur métier est mal considéré.

Les salaires des personnels enseignants dans l’Éducation Nationale

Être enseignant : un métier mal considéré ?
Apprendre les maths aux jeunes : quel est la grilles des indices ?

Il faut d’abord savoir qu’il existe plusieurs types de professeurs, et que leur rémunération est différente des tarifs demandés par un prof de maths (cours particulier maths) :

  • Le professeur des écoles certifié (souvent appelé instituteur en primaire) : il enseigne au sein des écoles maternelles et primaires et est recruté à l’issue d’un concours organisé par son académie (CRPE),
  • Le professeur de maths certifié : cet enseignant travaille exclusivement dans les collèges et les lycées. Il est titulaire d’un diplôme de prof de maths appelé CAPES (certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement du second degré dans le public) ou CAFEP (dans le privé) pour l’enseignement général ou du CAPET (Certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement technique) pour les disciplines techniques,
  • Le professeur agrégé : il enseigne principalement dans les lycées, parfois au collège mais peut aussi prétendre à travailler dans les classes préparatoires, à l’université ainsi que dans les sections de technicien supérieur comme pour le BTS. Chaque professeur agrégé est recruté en passant par le concours de l’Agrégation (concours interne et concours externe).

Un professeur certifié doit effectuer 18 heures d'enseignement pour un service à temps plein.

Cela ne signifie pas, en dépit des préjugés que l'on colporte souvent, qu'il a terminé sa semaine après ces 18 heures de cours.

En effectif, un enseignant "donne" 37 à 40 heures de travail à l'administration et à son établissement scolaire.

En effet, s'ajoutent également les heures disponibles pour :

  • Les réunions parents-profs,
  • Les conseils de classe à chaque trimestre,
  • Les heures d'accompagnement et de soutien scolaire,
  • Les projets pédagogiques menés avec le corps enseignant,
  • La contribution aux projets éducatifs de l'établissement scolaire,
  • Le travail à domicile (le soir, parfois pendant le weekend et les vacances scolaires), notamment la préparation des cours et la correction des copies.

Pour avoir personnellement vécu avec une enseignante certifiée de Lettres Modernes, je peux garantir que le temps de travail total hebdomadaire d'un enseignant de collège-lycée avoisine plutôt 50, voire 60 heures.

Partant, on peut aussi mettre cela en perspective : compte tenu de ce volume horaire, un salaire de 2 190 € net est loin d'être volé.

Un professeur agrégé, en théorie, effectue un service de 15 heures en collège-lycée, et 21 heures à l'université.

Pour avoir une idée de combien gagne un professeur de maths, vous pouvez télécharger le Bilan Social 2017-2018 (le plus récent en date de février 2020), en document PDF mis en ligne par le ministère de l'Éducation Nationale.

Voici un tableau indiquant les salaires moyens des personnels enseignants, sur la base de ce document :

 Personnels enseignants du secteur publicPersonnels enseignants du secteur privé sous contrat
Titulaires du 1er degré2 281 €2 029 €
Titulaires du 2nd degré2 796 €2 472 €
Non-titulaires du 1er degré2 029 €1 467 €
Non-titulaires du 2nd degré2 472 €1 637 €

Encore une fois, ces chiffres ne sont qu'une moyenne : un professeur certifié de maths de 30 ans dans le second degré ne perçoit pas 2 796 € par mois...

Autre spécificité des salaires des enseignants : la réforme du statut des enseignants voulue par le ministre J-M Blanquer et le gouvernement, dont une majorité de personnels enseignants craint une généralisation des pratiques managériales au sein de l'Éducation Nationale, prône une généralisation de la contractualisation aux dépens de la voie statutaire.

Ce bouleversement du statut des fonctionnaires risque fort bien de réduire le salaire des enseignants.

Les grilles de salaires des professeurs des écoles

La grille indiciaire des personnels enseignants est très hétérogène.

Les enseignants sont-ils bien payés ?
Nombre de professeurs des écoles estiment qu'ils sont mal rémunérés.

Le professeur des écoles, anciennement nommé l’instituteur, n’enseigne pas uniquement les maths mais propose aussi un enseignement plus général que le traditionnel programme de l'Education nationale en maths avec du français, de l’histoire-géographie, du calcul, de l’instruction civique, etc.

Le corps des professeurs des écoles comprend trois grades :

  • La classe normale, qui comprend onze échelons,
  • La classe hors-classe, qui comprend six échelons,
  • La classe exceptionnelle, qui comprend quatre échelons, et un échelon spécial.

Au 1er janvier 2020, la réforme des retraites menée par le gouvernement E. Philippe induit une hausse des cotisations sociales prélevées sur le salaire brut, qui passe de 10,83 % à 11,10 %.

Cela se traduit par une baisse du salaire réel de 4 à 10 € par mois.

Parmi les trois catégories de professeurs, c’est le professeur des écoles qui perçoit le traitement mensuel le plus faible.

En fonction de son ancienneté, les salaires s’échelonnent entre 1 430 € (échelon 1) et 3 047 € (échelon 7, hors-classe) et jusqu'à 3 613 € pour le dernier échelon de la classe exceptionnelle.

  • En tant que stagiaire, le professeur des écoles gagne 1 430 € nets mensuels,
  • Au bout de 2 ans d’ancienneté, le salaire s’élève à 1 648 €,
  • Au bout de 10 ans, il oscille entre 1 813 € et 1 914 €,
  • Au bout de 20 ans, il sera entre 2 327 € et 2 492 €,
  • Enfin, au bout de 30 ans, le professeur des écoles peut espérer toucher entre 2 649 € et 3 047 €.

Une évolution lente, compte tenu du fait qu'il faille attendre au moins 10 ans d'expérience pour percevoir 2 000 € nets par mois.

Les grilles de salaires des enseignants certifiés de maths

Le professeur de mathématiques certifié est régi par les mêmes grades que le professeur des écoles.

Les rémunérations sont-elles à la hauteur des compétences requises ?
En comparaison du volume de connaissances requis pour enseigner, les indices évolue peu dans la carrière d'un professeur !

Le traitement brut des enseignants certifiés, au 1er janvier 2020, oscille entre 1 827,55 € bruts et 3 153,69 € pour les 11 échelons de la classe normale.

En classe hors-classe, les salaires vont de 2 764,75 € à 3 776,94 € bruts, et jusqu'à 4 554,82 € pour le dernier échelon de la classe exceptionnelle.

Ces échelons exceptionnels ne sont évidemment pas accessibles à tous les enseignants en fin de carrière, car ils n'y sont pas tous admis.

Dans un premier temps stagiaire lui aussi dans sa catégorie, cela dure environ entre 9 mois et 1 an tout au plus. Ensuite, il entame véritablement sa carrière en tant que professeur certifié.

Durant l’année de stage, le professeur de maths certifié doit suivre un stage et formuler des vœux pour leur première affectation en tant que titulaire.

Le corps des professeurs certifiés comporte 2 grades que l’on appelle aussi « classes », à savoir : une classe normale qui comprend 11 échelons et une « hors-classe » qui comprend 6 échelons.

Comme pour n’importe quel fonctionnaire en France, la rémunération d'un prof de maths certifié s’accroît au fur et à mesure qu’il monte les échelons au sein de son grade.

A chaque échelon correspond un indice (un certain nombre de points multipliés par la valeur du point en cours de maths) qui va déterminer le montant de la rémunération principale.

En théorie, le gouvernement a mis en place en 2017 le dispositif "Parcours Professionnel, Carrière et Rémunération", qui permet d'avancer plus rapidement dans les échelons.

La classe normale

Les échelons de la classe normale s’étalonnent de 1 à 11 et les indices associés sont entre 444 (pour un salaire mensuel de 1 827,55 €) à 821 (salaire mensuel de 3 153,69 €).

Attention, on parle de salaire brut.

Auparavant, l’avancement d’un échelon à un autre s’effectuait selon 3 possibilités et débutait à partir du 3e palier :

  • Le professeur de maths passe selon la méthode du « grand choix » : chaque échelon est franchi en 2 ans à 2 ans et demi en moyenne,
  • Le professeur passe « au choix », c’est-à-dire que chaque échelon est gravi en 3 ans 1/2 environ.
  • Le professeur passe « à l’ancienneté »: en 4 ans en moyenne.

En résumé, les échelons peuvent se passer en 20 au minimum et 30 ans tout au plus.

Désormais, un enseignant certifié peut atteindre de plein droit la "hors-classe" à partir du 9ème échelon.

La classe « hors classe »

Elle s'obtient pour toute personne ayant atteint le 9ème échelon depuis 2 ans au moins au 31 août de l’année de la promotion.

La grille comporte 6 échelons - un 7ème a été créé - avec un indice majoré de 590 pour un salaire brut mensuel de 2 764,75 € et un indice majoré à 806 en fin de carrière, pour un salaire de 3 776,94 €.

L’avancement en « hors classe » permet de franchir les échelons en 2 ans ½ en moyenne.

Les salaires des enseignants agrégés et maîtres de conférences

Comme pour le professeur certifié, le professeur de maths agrégé voit son salaire évoluer au fil de son ancienneté.

Donner des cours à la fac : comment évolue le salaire ?
Dans le public ou dans le privé, les places sont concurrentielles à l'université !

Le professeur agrégé de maths

Au départ, à l’instar du prof certifié, le professeur agrégé est considéré comme stagiaire et cela dure en moyenne 1 année au terme de laquelle le stagiaire est validé et considéré comme titularisé.

Pour obtenir le statut de professeur agrégé, en plus de la réussite à l'Agrégation, il faut nécessairement, en tant que fonctionnaire stagiaire, effectuer un stage rémunéré d'un an à l'issue duquel un jury validera votre titularisation.

La rémunération du professeur agrégé comporte 2 classes, une classe normale et une « hors classe ».

Si l’on devait exprimer en chiffres l’évolution du salaire d’un professeur de maths agrégé, cela donnerait le tableau suivant (Tableau de rémunération des professeurs agrégés - Données vérifiées au 1er janvier 2020) :

AnciennetéSalaires mensuels brutsEchelonsIndices majorésDurée
Stagiaire2 108,71 €14501 an
Année de titularisation2 333,64 €24981 an
10 ans d'ancienneté2 895,96 €66183 ans
20 ans d'ancienneté3 549 €97574 ans
30 ans d'ancienneté4 747 €6 (classe hors-classe)HEA3Non communiqué

Il faut noter que beaucoup de PRAG effectuent des heures supplémentaires afin d’améliorer leur salaire.

Les Professeurs agrégés (PRAG) ou les Professeurs certifiés (PRCE) ont une charge d’enseignement de 384 heures, soit le double de celle d’un maître de conférences, mais ils n’ont théoriquement pas de travaux de recherche à effectuer.

Ils peuvent bénéficier de décharges d’enseignement s’ils prennent des responsabilités pédagogiques ou s’ils préparent un doctorat.

Le salaire du professeur à l’université

Le professeur de maths à l’université a un statut très différent de ses confrères et son salaire est en conséquence.

Le professeur de maths est entièrement libre de proposer l’enseignement qu’il désire avec le contenu qu’il souhaite.

Ses horaires de cours de maths sont réduits pour qu’il puisse se concentrer sur d’autres activités en lien avec son statut comme la recherche, le suivi de travaux d’étudiants, la direction d’un laboratoire de recherche, la publication d’articles et d’ouvrages, ou encore la conception des programmes, etc.

Le professeur d'université peut avoir passé l'habilitation à diriger des recherches (HDR) après son doctorat (bac+8), et est maître de conférences.

Le professeur de maths participe également à des jurys pour des concours, des examens et des thèses.

Dans le monde des fonctionnaires, on retient souvent que le professeur d'université en maths se situe au top du top de la pyramide des enseignants dans le supérieur : c’est en effet un grade très recherché.

Pourtant, les places sont chères et il y a très peu de postes.

Ce sont souvent des contrats à durée déterminée, qui ne sont pas toujours renouvelés.

Si les salaires peuvent paraître mirobolants - équivalents à ceux des agrégés -, ils paraissent faibles aux enseignants-chercheurs qui mettent en avant un écart entre le niveau des compétences exigées et leur rémunération.

Ceux qui veulent gagner beaucoup plus d'argent vont d'ailleurs dans le secteur privé, où ils trouvent une évolution plus rapide de leur revenu. Ils travaillent notamment pour des grands groupes transnationaux (en tant qu'ingénieur d'études, par exemple).

D'aucuns travaillent dans les laboratoires du CNRS, d'autres enseignent à l'université.

Ils peuvent percevoir jusqu'à 3 500 € en fin de carrière, voire plus mais tout le monde ne devient pas directeur de recherche.

Envie de donner des cours de maths seconde ?

Le montant des primes en complément du salaire brut

Si le professeur de maths est enseignant dans une ZEP (Zone d’Education Prioritaire), le ministère de l’Education Nationale fait en sorte de le « récompenser » afin de revaloriser sons statut et son salaire.

Les évolutions du métier d'enseignant font-elles baisser le revenu ?
Entre les profs à temps partiel ou à temps complet, et selon l'avancement dans la carrière, les salaires varient fortement !

Depuis 2014, on parle plutôt de REP, pour "réseaux d'éducation prioritaire".

Le ministère de l'Éducation Nationale verse également des primes pour les missions particulières effectuées dans le cadre du service habituel.

Un professeur des écoles en REP perçoit en 2019-2020, une prime de 4 646  €.

Pour ce qui est du secondaire, le professeur de maths (certifié) se voit augmenté tous les mois s’il s’occupe de l’orientation et du suivi scolaire de ses élèves en mathématiques.

Les heures supplémentaires annuelles des enseignants certifiés de classe normale, dites HSA, sont de 127 € et celles des professeurs agrégés sont fixées à 203,01 €.

Par ailleurs, les personnels enseignants bénéficient d'heures supplémentaires effectives, c'est-à-dire effectuées dans le cadre de l'accompagnement éducatif après les cours ou pendant les vacances scolaires.

Elles sont fixées à :

  • 36,88 € par heure supplémentaire pour un certifié de classe normale,
  • 52,74 € par heure supplémentaire pour un agrégé.

Enfin, mentionnons également l'existence d'indemnités pour missions particulières (IMP) : c'est une rémunération supplémentaire pour les activités exercées avec les élèves en dehors des cours, avec cinq taux de 312,5 €, 625 €, 1250 €, 2500 € et 3750 €.

Le gel du point d’indice des fonctionnaires

Dans le cadre du PPCR (Protocole Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations) dans la fonction publique, les échelons de la grille de rémunération sont revalorisés en classe normale et en hors-classe.

Quel est l'impact des réforme sur l'évolution du traitement des fonctionnaires ?
Le gel de la valeur du point d'indice : une baisse du salaire réel ?

La mesure mise en place en 2016-2017 a créé un 3ème grade : la classe exceptionnelle.

Celui-ci permet dorénavant à chaque enseignant d'atteindre le grade hors-classe.

« Le sommet du grade hors classe, devient le grade normal d’avancement dans la carrière » comme cela est précisé sur le site de l’Education Nationale. La classe exceptionnelle sera quant à elle accessible au mérite, « prioritairement (à hauteur de 80 % des promotions) aux personnels enseignants qui, à partir du 3e échelon de la hors-classe, auront exercé en éducation prioritaire ou occupé des missions ou responsabilités particulières, pendant au moins huit ans.»

Autre grand changement de la grille des échelons pour les professeurs certifiés et les professeurs agrégés : la suppression en classe normale des différentes méthodes de passage des échelons (choix, grand choix, ancienneté).

Désormais, la durée des échelons est fixe et définie.

En substance, cette mesure prise par le gouvernement M. Valls pendant la présidence de F. Hollande, améliore le revenu des enseignants.

Depuis 2018 cependant, le gouvernement se montre réticent à augmenter la valeur du point d'indice, et ce gel devrait persister jusqu'en 2022.

Cela fait craindre une baisse du salaire des enseignants, puisque celui-ci augmente alors moins vite que le taux d'inflation.

Pourquoi ne pas donner des cours de maths seconde à domicile ?

Le salaire du professeur contractuel/vacataire

Nous venons de faire le point sur les salaires des professeurs titulaires, mais qu’en est-il pour les professeurs non certifiés et non agrégés ?

Selon les chiffres de l’Education Nationale l’enseignement de second degré comptait 7.5 % d’enseignants non titulaires en 2013, en grande majorité des contractuels.

Les 2/3 d’entre eux exerçaient leur activité à temps plein.

Le site officiel du ministère de l'Éducation Nationale nous apprend également qu'il s'agit pour une large part d'une population jeune et féminisée.

Un fait que critiquent bon nombres de syndicats enseignants : le nombre de postes ouverts aux titulaires décroît cependant que le recours aux postes contractuels est généralisé, que l'on observe une précarisation de l'enseignement.

Les contractuels sont recrutés en CDD à temps plein ou à temps partiel. Au bout de 5 CDD ils doivent se voir proposer un CDI.

La rémunération des enseignants contractuels

Comment fixer le niveau des salaires enseignants ?
Le bras de fer entre les syndicats et le ministère pour fixer les rémunérations : qui gagne, qui perd ?

Les enseignants contractuels sont recrutés par le recteur d’académie.

Un récent décret permet d’uniformiser ce statut et de clarifier les conditions d’embauche, de travail et de rémunération.

C’est également une mesure attractive, sachant que l’Education Nationale manque de titulaires et que plus de 26 000 contractuels exercent au sein des établissements scolaires.

Un effectif qui a doublé en 10 ans.

Certains établissement, notamment en zones prioritaires, peinent encore à recruter.

Le décret simplifie la catégorisation des contractuels, auparavant répartis en 3 catégories comprenant chacune 8 échelons. Désormais, il n'y a que deux catégories seulement :

  • 1ère catégorie : Les contractuels qui remplissent les conditions de diplômes pour se présenter aux concours internes ou, pour l’enseignement technique et professionnel, une expérience professionnelle leur permettant de se présenter aux concours internes,
  • 2ème catégorie : Les contractuels justifiant deux années d’études après le bac.

Des rémunérations minimum et maximum sont fixées pour ces deux catégories.

Pour la 2ème catégorie (bac + 2), l’indice majoré doit être compris entre 321 et 620, soit un salaire net compris entre 1 210 € et 2 338 € nets.

Pour la 1ère catégorie, l’indice majoré varie de 367 à 821, soit un salaire net compris entre 1 384 € et 3 111 €.

Le décret fixe également les conditions de rémunération des heures supplémentaires.

Les points positifs du nouveau statut de contractuel ?

Désormais, les professeurs contractuels recrutés pour l’année scolaire verront leur contrat prendre fin à la veille de la rentrée scolaire suivante.

Un point important car avant cela, les contrats pouvaient prendre fin avant les vacances d’été. Les contractuels devaient donc attendre un nouveau contrat en septembre, perdant ainsi deux mois de salaire.

Autre avancée significative : les contractuels recevront désormais, à mission égale, les mêmes primes que les professeurs titulaires. Enfin, après 3 ans de contrat, ils profiteront également d’une évaluation pouvant s’accompagner d’une revalorisation de salaire. De cette manière l’évolution et l’accompagnement professionnel seront simplifiés.

En parallèle, un contractuel exerçant à l’année et à temps complet dans deux établissements de la même commune ou trois établissements de communes différentes pourra bénéficier d’une heure de moins dans ses obligations de service.

Et les vacataires dans tout ça ?

Les vacataires quant à eux faisaient des remplacements et ne pouvaient effectuer plus de 200 heures par an.

Un statut particulièrement précaire.

Les enseignants vacataires pouvaient faire des remplacements ponctuels dans différents établissements. Leur salaire était donc basé sur le nombre d’heures effectuées.

Le taux horaire était défini par l’arrêté du 3 décembre 1989 et inchangé depuis. Il était de 34.30 € bruts.

Le décret n°2016-1171 paru au Journal Officiel le 31 août 2016, abroge ce statut.

Avec les améliorations apportées au statut de professeur contractuel, cela peut constituer une bonne opportunité de se faire une idée précise du métier d’enseignant, même sans avoir suivi le cursus classique menant au CAPES.

De nombreux enseignants ont commencé de cette façon avant de passer le concours pour être titularisé.

Avec le nouveau décret encadrant le statut des contractuels renforce l'attractivité des métiers de l'enseignement.

D'un autre point de vue, si l'on peut effectuer des remplacements en tant qu'enseignant vacataire ou contractuel dès lors que l'on atteste être détenteur d'un diplôme de niveau IV (Master 2, bac+5), quel est l'avenir du métier d'enseignant ?

Le fait que le recours aux postes contractuels soit de plus en plus généralisé fait craindre un accroissement important des inégalités de salaires, dans la mesure où un enseignant de maths contractuel percevra entre 300 € et 500 € de moins qu'un titulaire.

Quelles disparités de salaires dans l'Education Nationale ?

Après avoir détaillé tous les statuts possibles pour exercer le métier de professeur de maths et les différentes rémunérations, il est important de faire le point sur quelques disparités de salaires entre professeurs.

Quelles disparités de salaires les statistiques masquent-elles ?
Même dans la fonction publique, les femmes demeurent souvent moins bien payées que les hommes.

Hommes-femmes, privé-public… Constate-t-on des différences significatives de rémunération ?

Avec le bilan social de l’Education Nationale et la publication des salaires des professeurs exerçant dans l’enseignement public comme dans l’enseignement privé sous contrat, les disparités sont plus faciles à identifier et donc à réduire.

Parmi les points mis en avant en 2015, l’écart de salaire entre professeurs hommes et femmes est de 8 %.

Nous nous situons très loin de la moyenne nationale de 19 % selon l’observatoire des inégalités de l’Insee.

En plus, cet écart dans l’enseignement peut notamment être expliqué par le fait qu’il y ait moins de femmes agrégées et qu’elles ont moins de possibilités d’avoir recours aux heures supplémentaires pour augmenter leur revenu.

Les femmes sont également moins représentées dans les postes les plus rémunérés, comme celui de chef d’établissement.

On constate également des disparités entre le public et le privé.

Un professeur des écoles dans le privé gagne en moyenne 200 € de moins que dans le public.

Selon l’Insee, son salaire atteint en moyenne 2 189 € dans le public contre 1 995 € dans le privé. La différence de traitement s’explique ici par des cotisations sociales plus importantes et une ancienneté plus faible dans les établissements privés.

Quel que soit le salaire, n'oubliez pas que l’enseignement est avant-tout un métier passionnant !

Même si comme partout, il y a toujours des raisons de se plaindre… Au fond, quand on sait que le salaire médian net en France est de 1 789 €, le métier de professeur reste une bonne opportunité de carrière !

Aujourd'hui, il est temps de dépoussiérer l'image du prof de mathématiques, que ce soit en donnant des cours de maths particuliers ou étant au sein d'une structure comme un collège, un lycée ou une université.

Besoin d'un professeur de Maths ?

Vous avez aimé l'article ?

1,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Yann

Fondateur de SuperPROF, je suis dévoré par l'envie de découvrir et de toujours apprendre de nouvelles compétences.