L'archipel japonais est un pays qui fascine toujours autant le monde entier avec sa culture si spéciale qui donne envie à tous de visiter le Japon. Des mangas aux samouraïs en passant par les geishas, le Pays du Soleil Levant invite à voyager dans un folklore à la fois ancestral et moderne et qui s'exporte aujourd'hui partout sur la planète.

Les arts martiaux japonais, à l'instar du Kung Fu, du Taekwondo, du Tai Chi ou encore du Krav Maga, font partie des sports de combat les plus populaires dans le monde entier. Le nombre de pratiquants à ces arts martiaux de sabre ou de poings ne cesse d'augmenter devant l'intérêt de chacun pour la self-défense et les démonstrations impressionnantes de la pratique martiale.

Superprof vous propose de découvrir les disciplines de combat traditionnelles japonaises via une liste des principaux arts martiaux originaires du Japon. Entre techniques de combat et armes traditionnelles, les Japonais n'ont rien à envier aux arts martiaux chinois, à la boxe française ou encore à l'escrime occidentale et vous allez savoir pourquoi !

Les meilleurs professeurs de Japonais disponibles
1er cours offert !
Rena
5
5 (7 avis)
Rena
45CHF
/h
1er cours offert !
Ruriko
5
5 (11 avis)
Ruriko
40CHF
/h
1er cours offert !
Agathe
5
5 (7 avis)
Agathe
40CHF
/h
1er cours offert !
Yurika
5
5 (6 avis)
Yurika
30CHF
/h
1er cours offert !
Andrea
5
5 (2 avis)
Andrea
30CHF
/h
1er cours offert !
Kohei
4,5
4,5 (4 avis)
Kohei
30CHF
/h
1er cours offert !
Zanetti
Zanetti
30CHF
/h
1er cours offert !
Miyuki
Miyuki
25CHF
/h
1er cours offert !
Rena
5
5 (7 avis)
Rena
45CHF
/h
1er cours offert !
Ruriko
5
5 (11 avis)
Ruriko
40CHF
/h
1er cours offert !
Agathe
5
5 (7 avis)
Agathe
40CHF
/h
1er cours offert !
Yurika
5
5 (6 avis)
Yurika
30CHF
/h
1er cours offert !
Andrea
5
5 (2 avis)
Andrea
30CHF
/h
1er cours offert !
Kohei
4,5
4,5 (4 avis)
Kohei
30CHF
/h
1er cours offert !
Zanetti
Zanetti
30CHF
/h
1er cours offert !
Miyuki
Miyuki
25CHF
/h
1er cours offert>

Le Kendō et le Jūkendō

Quels sont les sports de combat les plus pratiqués au Japon ?
Oui : pratiquer le Kendo fait automatiquement de vous quelqu'un de carrément cool. (source : Glénat)

S'il y a bien un guerrier japonais qui fascine plus que les autres, c'est le samouraï, ce combattant du bushido (le code des samouraïs) qui se bat à l'aide d'un sabre japonais, que ce soit un Katana, un Tachi ou un Wakizashi. Le Kendō est la discipline associée au maniement du sabre. Si c'est un art, c'est aussi un sport de compétition avec des championnats du monde !

Pour pratiquer cet art martial typique de la culture japonaise, il faut se servir d'un sabre, généralement en bambou (Shinai) ou en bois (Bokken). La voie du sabre comprend aussi bien des techniques guerrières qu'un volet spirituel : elle vise à améliorer la détermination du sabreur et à développer la force de caractère.

On retrouve ce style de combat dans de nombreuses œuvres :

  • Rashômon, un film de 1950,
  • Les Sept Samouraïs, un film de 1954,
  • Hara-Kiri, un film de 1962,
  • Vagabond, un manga de 1999,
  • Rurouni Kenshin, un manga de 1994,
  • Bleach, un manga de 2001,
  • Kill Bill, un film de 2001,
  • Samouraï Jack, une série d'animation de 2001,
  • Le Dernier Samouraï, un film de 2003,
  • Gintama, un manga de 2003,
  • Samurai Champloo, un anime de 2005.

D'un autre côté, le Jukendō est un art martial qui se concentre sur le maniement de la baïonnette. Ainsi, il mélange l'art du Kendō avec celui du Sōjutsu, l'art du combat à la lance, mais aussi, de façon assez surprenante, sur les techniques de baïonnette enseignées par l'armée française au Japon lors de ses missions sur place !

Ce sport de combat existe de puis près de 70 ans en tant qu'art du combat praticable par tous. Il s'inspire des guerriers à la lance du champ de bataille et perpétue la tradition du maniement de ces armes !

Sports de combat au Japon : L'Aïkido

L'Aïkido est un art martial fondé par Morihei Ueshiba au XXème siècle qui vise à utiliser la force et la volonté de nuire de l'adversaire contre lui. Il ne se concentre donc pas sur le fait de vaincre, mais de supprimer les possibilités d'agression. En soi, il s'agit d'un sport de légitime défense, très lié au Shinto et qui prône la paix :

"Le but de l'Aïkido est de nous mettre en harmonie avec l'univers et de faire de nous un élément intégré à cet univers. Ceux qui ont atteint cette unité ont l'univers en eux-mêmes" - Morihei Ueshiba

L'objectif final de l'Aïkido est d'arriver à faire progresser l'esprit tout en pratiquant dans la bonne humeur !

Retrouvez tous nos cours de japonais en ligne ici.

Le Shōrinji Kempō

C'est en 1947 que Dōshin Sō fonda le Shōrinji Kempō, un art martial proche du Kungfu Shaolin et qui focalise l'entraînement sur 3 points en lien avec l'idée de corps et esprit ne faisant qu'un :

  • Les capacités d'auto-défense,
  • L'entraînement mental (esprit),
  • L'amélioration de la condition physique (corps).

Le Shōrinji Kempō est donc un sport de combat, mais avant tout une activité d'équilibre, de coordination et de remise en forme. Le travail à deux est souvent mis en avant pour montrer l'importance de l'entraide.

Découvrez aussi l'origine des geishas.

Le Ju-Jitsu, un sport de combat typiquement japonais

Comment se pratiquent les sports d'autodéfense nippons ?
Le Ju-Jitsu est l'une des disciplines associées de la Fédération Française des arts martiaux japonais !

Le Ju-Jitsu, aussi appelé Jiu Jitsu, Jujitsu ou Ju Jutsu ou Jujutsu (c'est interminable) est un sport de combat nippon dont les techniques de combat furent fondées par les samouraïs de l'époque Edo. Dans ce sport axé sur la souplesse, on utilise des techniques de frappe, de projection, de neutralisation et de blocages au sol.

En réalité, le ju-jitsu a été développé pour pouvoir se battre même en étant désarmé. Ainsi, son enseignement allait de pair avec celui du combat armé (au sabre ou au bâton). Il y a trois catégories de techniques dans ce sport :

  • Atemi Waza (techniques pour frapper),
  • Nage Waza (techniques pour projeter),
  • Katame Waza (techniques pour contrôler).

Cet art martial sert principalement à l'auto-défense (le but est avant tout de maîtriser son adversaire), mais il permet aussi d'avoir confiance en soi et d'adopter un style de vie sain. Le Ju-Jitsu est en quelque sorte l'ancêtre du Judo et de l'Aïkido, mais il a aussi donné naissance au Jiu-Jitsu brésilien : on l'appelle donc "art père" !

Besoin de cours japonais ?

Le Judo et le Karaté

Aux vues de la pratique du Karaté et du nombre de clubs de Judo en France, il est normal de retrouver ces deux sports dans la liste des plus populaires au Japon et dans le monde. Le nombre de Judokas en France est si élevé que le Judo est devenu la quatrième discipline sportive en nombre de licenciés !

S'ils sont réunis ici, ce sont deux arts martiaux bien différents. Le Judo, la "voie de la souplesse", est un sport de combat olympique dans lequel il faut immobiliser, faire tomber au sol ou de projeter son adversaire à l'aide de prises et de techniques d'étranglement. On le pratique dans un dojo et la couleur de la ceinture signifie le grade (Kyu ou Dan). Dans l'ordre :

  • Ceinture Blanche,
  • Ceinture Blanche-Jaune,
  • Ceinture Jaune,
  • Ceinture Jaune-Orange,
  • Ceinture Orange,
  • Ceinture Orange-Verte,
  • Ceinture Verte,
  • Ceinture Bleue,
  • Ceinture Marron,
  • Ceinture Noire (plusieurs grades),
  • Ceinture Blanche-Rouge (plusieurs grades),
  • Ceinture Rouge (deux derniers grades).

Le Karaté, quant à lui, est un art martial japonais provenant de l'archipel d'Okinawa (on dit donc Karaté d'Okinawa). Au Karaté, on utilise des techniques pour se défendre et répondre par une attaque en utilisant les différentes parties du corps. Le style de Karaté dépend également de l'école qui l'a fondé :

  • Shōtōkan Ryu : le plus répandu, fondé par Funakoshi Gichin, père du Karaté moderne,
  • Gōjū Ryu : concentré sur la casse, fondé par Chōjun Miyagi,
  • Wadō Ryu : concentré sur les esquives, fondé par le sensei Hironori Ōtsuka,
  • Shitō Ryu : qui possède le plus de kata, concentré sur les coups de poings souples et les coups de pieds visant le thorax, fondé par Kenwa Mabuni.

Ces deux disciplines martiales connaissent un succès grandissant et exportent la culture nippone à travers le monde tout comme les cours de japonais !

Le Sumo : le sport national du Japon

Quels sont les sports pour combattre au Pays du Soleil Levant ?
Le Sumo reste le sport le plus apprécié au Japon, peut-être parce qu'il n'est pas donné à tout le monde de le pratiquer !

Peu de sports représentent aussi bien la culture nippone que le Sumo, la lutte japonaise opposant des lutteurs de forte corpulence lors de combats sacrés en l'honneur des dieux. Les combattants de ce sport sont appelés en France Sumotoris, mais leur dénomination japonaise est Rikishi.

L'histoire du Sumo est aussi vieille que celle du Japon et ce sport est toujours aussi populaire dans l'archipel (c'est en quelque sorte le sport national). L'objectif du Sumo est de faire tomber l'adversaire ou de le sortir du ring, le Dohyō, par des projections ou en utilisant la force de l'adversaire. C'est un art très impressionnant à voir.

S'il est maintenant considéré comme le sport national au Pays du Soleil Levant, le Sumo était à l'origine un sport pratiqué exclusivement devant l'Empereur, puis il s'étendit aux fêtes Shinto avant d'être incorporé dans l'entraînement militaire japonais. Ce n'est qu'à la fin du XVIIème siècle qu'il devint un sport professionnel organisé.

Aujourd'hui, le sumo est apprécié autant par les classes populaires que par les élites. Six tournois sont tenus annuellement dans tout le Japon et les sumotoris sont toujours aussi populaires. Ceux qui étaient à l'origine des "demi-dieux" sont maintenant de grandes stars !

Le Naginata

Quel sport de combat d'origine japonaise est le plus pratiqué dans le monde ?
Mieux vaut ne pas tomber sur une pratiquante du Naginata fâchée... Même les samouraïs avaient peur de cette arme !

Le Naginata est une arme japonaise qui s'apparent à une lance au bout de laquelle se trouve une lame courbée. Elle existe depuis le Xème siècle et servait principalement aux guerriers à cheval ainsi qu'aux femmes. Sa pratique est devenu un art martial à part entière au Japon et on retrouve principalement des femmes dans cet art ancestral.

On appelle cet art martial le Naginatajutsu : les élèves apprennent directement du Grand Maître (Sōke) le maniement de cette hallebarde nippone lors de katas ou de combats !

Découvrez nos  cours japonais !

Les meilleurs professeurs de Japonais disponibles
1er cours offert !
Rena
5
5 (7 avis)
Rena
45CHF
/h
1er cours offert !
Ruriko
5
5 (11 avis)
Ruriko
40CHF
/h
1er cours offert !
Agathe
5
5 (7 avis)
Agathe
40CHF
/h
1er cours offert !
Yurika
5
5 (6 avis)
Yurika
30CHF
/h
1er cours offert !
Andrea
5
5 (2 avis)
Andrea
30CHF
/h
1er cours offert !
Kohei
4,5
4,5 (4 avis)
Kohei
30CHF
/h
1er cours offert !
Zanetti
Zanetti
30CHF
/h
1er cours offert !
Miyuki
Miyuki
25CHF
/h
1er cours offert !
Rena
5
5 (7 avis)
Rena
45CHF
/h
1er cours offert !
Ruriko
5
5 (11 avis)
Ruriko
40CHF
/h
1er cours offert !
Agathe
5
5 (7 avis)
Agathe
40CHF
/h
1er cours offert !
Yurika
5
5 (6 avis)
Yurika
30CHF
/h
1er cours offert !
Andrea
5
5 (2 avis)
Andrea
30CHF
/h
1er cours offert !
Kohei
4,5
4,5 (4 avis)
Kohei
30CHF
/h
1er cours offert !
Zanetti
Zanetti
30CHF
/h
1er cours offert !
Miyuki
Miyuki
25CHF
/h
1er cours offert>

L'Iaidō, un art martial nippon

L'Iaido fait partie des disciplines martiales utilisant le sabre : elle se concentre sur l'acte de dégainer le sabre et de frapper d'un seul geste. L'objectif est de frapper avec une technique de combat avant l'adversaire. La perfection des mouvements est capitale et l'Iaidō possède également un volet spirituel essentiel.

Sa pratique se fait en exécutant des katas (séquences de mouvements) qui se déroulent généralement de cette façon :

  • Nukitsuke : dégainer et couper,
  • Kiri Tsuke : coupe principale,
  • Chiburi : nettoyer sa lame,
  • Notō : remettre la lame dans le fourreau.

Si l'Iaidō s'apparente plus à un art qu'à un sport de combat, la tendance actuelle tend à rapprocher l'Iaidō moderne du Iaijutsu, un Iaido de combat.

Le Nippon Kempō

La "Méthode du Poing Japonaise" ou Nippon Kempō fut fondée en 1932 par Masaru Muneumi qui élabora une méthode de combat au corps à corps en utilisant les protections du Kendō. Ayant une formation de Judo et de Karaté, le Sensei mit au point des projections, des clés et des coups s'inspirant également de l'art martial chinois.

Au Nippon Kempō, on utilise une armure appelée le Bogu, composée d'un casque, d'une cuirasse, de gants, d'une coque protectrice et de chaussons. Ainsi, on peut porter des coups à pleine puissance sans se soucier de faire mal à son partenaire ou adversaire. Ce sport arriva en France dans les années 1980 et est désormais praticable dans plusieurs clubs !

Le Kyūdō

Quel art martial japonais est le plus populaire ?
La sincérité et la courtoisie sont au centre de l'enseignement du Kyudo ! (source : Sentai Filmworks)

"Tirer avec la technique améliore le tir, mais tirer avec l'esprit améliore l'homme"

Ainsi se définit le Kyūdō, l'art du tir à l'arc japonais !

Le Kyūdō se démarque du tir à l'arc occidental par l'aspect spirituel qui l'entoure, influencé par le taoïsme, le confusionnisme, le zen et bien entendu le shintoïsme. L'archer doit exécuter un mouvement parfait pour percer une feuille de papier (la cible) en utilisant au minimum sa tension musculaire et au maximum son énergie spirituelle, le Ki.

Ainsi, le Kyūdō permet d'effectuer une chorégraphie très esthétique, mais aussi des compétitions de tir. C'est un sport pratiqué autant par les hommes que les femmes et qui compte pas moins de 140 000 pratiquants au Japon !

Arts martiaux japonais : le Taijutsu

Quels sont les sports de combat du Japon ?
On ne vous conseille pas de pratiquer le Taijutsu après avoir bu... (source : Narutopedia)

Le Taijutsu, aussi appelé Taijitsu, est un art martial japonais de combat à mains nues qui est à l'origine de plusieurs autres sports de combat du même genre comme le Ju-Jitsu. Anciennement, il était associé au Yawara, un ensemble de techniques de combat élaborées par les Bushi de l'époque Kamakura.

Les premières références au Taijutsu peuvent être trouvées dans les anciennes chroniques nippones telles que le Kojiki et le Nihon Shoki. Autant dire que c'est un art martial très ancien. Au fil des années, de nombreux termes ont désigné la pratique du Taijutsu.

Par exemple, dans les écoles de Sekiguchi-ryu, d'Araki-ryu et de Seigo-ryu, on nommait les techniques de Taijutsu avec des termes tels que hade, jujutsu ou encore kenpō (la méthode du poing).

Le Taijutsu a été redécouvert au XVIIème siècle par le guerrier Nagao Kenmotsu, un samouraï qui a fondé l'école Nagao-ryu !

Aujourd'hui, il existe 2 courants de Taijutsu dans le monde :

  • Le Taijitsu moderne européen créé par Roland Hernaez et Daniel Dubois,
  • Le Taijutsu traditionnel japonais issu des écoles du koryu bujutsu.

Les techniques de Taijutsu sont divisées en 2 catégories : le Dakentaijutsu (blocages, frappes sur les points vitaux, osseux, musculaires et nerveux) et le Jutaijutsu (projections, contrôle, clés, luxations). On y ajoute l'élément Taihenjutsu qui correspond aux déplacements, roulades, chutes, évasions et postures.

Les techniques de Taijutsu sont utilisées dans les œuvres de fiction contemporaines comme par exemple dans le manga Naruto dans lequel le Taijutsu est l'une des trois branches de l'art ninja. Le Taijutsu correspond ici aux capacités du ninja au corps à corps. Rock Lee en est le meilleur exemple.

En somme, le Taijutsu est un art martial très diversifié qui sert tout autant à attaquer qu'à défendre et qui a inspiré les autres arts martiaux japonais existant aujourd'hui. Il s'agit d'une pratique très évolutive qui a pris de nombreuses formes en fonction des différentes écoles qui l'ont pratiqué !

Le Ninjutsu

Nous allons évidemment reparler du manga Naruto avec le Ninjutsu, puisqu'il s'agit en vérité de l'art martial pratiqué par les ninjas, appelés au Japon Shinobi. Si aujourd'hui de nombreux arts martiaux se réclament héritiers du Ninjutsu, il faut bien comprendre qu'à la base, il s'agit de l'art de la ruse et de l'assassinat.

Le Ninjutsu était pratiqué par des espions du Japon féodal (Shinobi) et était enseigné seulement en complément d'un autre art martial et non pas dans le cadre d'un enseignement centré exclusivement sur l'art du ninja. Son utilisation requiert de nombreuses compétences de Taijutsu.

De multiples techniques de Ninjutsu nous sont connues :

  • Koppō Taijutsu : combat à mains nues,
  • Ninpō no Ken : escrime au sabre long ou court,
  • Shinobi Kenjutsu : escrime au ninjato (sabre de ninja),
  • Yarijutsu/Sōjutsu : combat à la lance,
  • Shurikenjutsu : lancer d'objets tranchants comme le Senban (étoile à pointes),
  • Shimejutsu : étranglements,
  • Onshinjutsu : art de la dissimulation et du déguisement,
  • Taihenjutsu : art du déplacement et des acrobaties.

De nombreux Sensei (maîtres) de la pratique du Ninjutsu, héritiers de plusieurs écoles spécialisées ont eu une importance capitale dans la sauvegarde de cet art ancien. Nous pouvons par exemple citer Masaaki Hatsumi qui a fondé le Bujinkan, une organisation promouvant le Ninjutsu.

C'est d'ailleurs ce même maître ninja qui possèderait le Togakure-ryu, les parchemins fondateur des 18  disciplines ninjas !

Cependant, l'art du Ninjutsu tend à s'éteindre, faute d'intérêt réel. Le dernier héritier de la tradition du Ninjutsu aurait d'ailleurs déclaré :

"À l'époque des guerres civiles ou durant la période Edo, les compétences des ninjas pour espionner et tuer, ou manipuler la médecine, pouvaient être utiles. Mais aujourd'hui nous avons les armes à feu, internet et de la meilleure médecine, l'art du ninjutsu n'a ainsi pas sa place à l'époque moderne" - Jinichi Kawakami

Le Ninjutsu est peut être en train de sombrer, mais pas son héritage. Les Shinobi font partie intégrante de la culture japonaise et se retrouvent dans de nombreuses œuvres de fiction comme, notamment, Naruto, l'un des mangas les plus populaires du monde.

Le Ninjutsu y est associé à des techniques magiques de dissimulation, de déplacements rapides, de clonage, de pouvoirs élémentaires et bien d'autres. On y associe le Taijutsu (combat à mains nues) et le Genjutsu (techniques d'illusions). Pour les utiliser, il faut puiser dans son Chakra.

Un mélange de techniques de combat : le Yoseikan Budo

Quel est l'art martial nippon le plus connu ?
On peut même apprendre le Yoseikan Budo en France ! (source : Fédération Française de Karaté)

Le Yoseikan Budo est un art martial créé en 1975 par Hiroo Mochizuki qui était en développement depuis la fin des années 1960. Mochizuki doit l'essentiel de ses connaissances en matière de combat à son père Minoru. C'est ce qui lui a permis de fonder une nouvelle méthode de combat.

Cet nouvel art martial se base sur la logique existant entre les différents arts martiaux (mains nues ou armes) déjà existant et qui trouve comme connecteur logique le mouvement ondulatoire, qui consiste à transférer toute la puissance du corps dans un membre par un mouvement d'onde, améliorant ainsi l'efficacité et la puissance du mouvement.

Les possibilités offertes par le Yoseikan Budo sont infinies, sachant que cet art martial est en constante évolution. On trouve dans le répertoire technique des compétences de percussions, de clés, de projections, d'immobilisations, d'étranglements et d'armes. Pour les lier entre elles, on utilise le Yoseikan Happo, kata fondamental de la méthode.

Aujourd'hui, le Yosenkai Budo est pratiqué sur les 5 continents et toutes les écoles dépendent de la World Yosenkai Federation. Il faut dire qu'il s'agit d'un art martial complet, qui permet de dévoiler tout le potentiel de son corps et d'optimiser ses forces !

Le Bō-jutsu et le Jōdō

Les deux arts martiaux japonais dont nous parlons ici consistent à manier un bâton pour se battre. Le Bō-jutsu permet d'apprendre à utiliser un , un bâton long. Il est étudié séparément d'autres sports de combat mais peut être le complément d'un entraînement au kendo, au karaté ou à l'aïkido.

On manie donc le bâton de bois dans le but de se battre, mais l'enseignement du Bō-jutsu se fait par l'intermédiaire de katas, des séquences de combats codifiées seul ou avec des partenaires. Il tient son origine des moines guerriers du XVIème siècle qui pratiquaient le maniement du bō.

D'un autre côté, nous avons le Jōdō, qui concerne le maniement d'un bâton court, le . Il était anciennement connu sous le nom de Jō-jutsu inventé par Musō Gonnosuke il y a 4 siècles. Il s'agit d'ailleurs de l'inventeur du jō selon une légende qui veut qu'il l'ait confectionné à la suite d'une défaite contre le célèbre bushi Miyamoto Musashi.

On pratique toujours le Jōdō à 2 : l'un des combattants tient le sabre de bois (bokken) et l'autre le . L'objectif pour celui qui manie le jō est de contrer une agression par des mouvements simples et épurés. Une autre partie de l'entraînement fait s'affronter les deux combattants, les deux devenant agresseurs chacun leur tour.

Comme quoi, les Japonais savent utiliser le bâton autrement que pour la randonnée !

D'autres arts martiaux du Pays du Soleil Levant

Quels sont les arts martiaux japonais ?
Le Sōjutsu se pratique en armure intégrale. Pas pratique, mais très cool ! (source : Youtube)

Il existe bien d'autres formes d'arts martiaux au Japon qui peuvent changer de nom selon les écoles et en faire une liste exhaustive serait très difficile. Nous pouvons cependant vous parler du Taihojutsu, littéralement l'art de l'arrestation, qui est une synthèse d'arts martiaux créée pour servir à la police japonaise.

Le Taihojutsu regroupe des techniques de karaté, de judo, d'aïkido, de nihon kenpō, de ju-jitsu, de kendo, de jōdō, de juken jutsu (art du combat à la baïonnette), de keibo (matraque) et de boxe. Avec tous ces styles de combat, on espère que la police japonaise est bien préparée !

Nous avons également le Hojōjutsu, également appelé Torinawajutsu, qui est un art martial un peu particulier puisqu'il consiste à apprendre à ligoter les gens avec des cordes. Cela peut paraître surprenant mais en réalité c'est tout une technique que de ficeler un brigand à la japonaise.

Il peut être enseigné dans des écoles d'arts martiaux et notamment de ju-jitsu. Il ne faut pas le confondre avec la pratique sexuelle japonaise du Shibari qui concerne le bondage, ici nous parlons bien d'une technique pour désarmer son adversaire et l'empêcher de nuire (c'est tout de suite plus innocent).

Enfin, évoquons le Sōjutsu, évoqué plus haut, qui concerne le maniement de la lance. Elle était enseignée dans toutes les écoles d'arts martiaux japonaises traditionnelles. La lance était en effet une arme médiévale très importante car bien plus meurtrière que le katana, mais également un symbole mythologique.

Vous connaissez désormais les principales disciplines de l'art martial japonais. Avant d'enfiler un kimono ou de vous prendre pour un samouraï, vous pouvez découvrir plus de choses sur la culture japonaise grâce à nos articles ou même prendre des cours particuliers de japonais avec un professeur sur le site de Superprof !

Besoin d'un professeur de Japonais ?

Vous avez aimé l'article ?

0 vote(s)
Loading...

Yann

Fondateur de SuperPROF, je suis dévoré par l'envie de découvrir et de toujours apprendre de nouvelles compétences.