Vous aimez les mathématiques et vous voulez faire carrière dans cette discipline si passionnante ?

A titre d’information, sachez qu’il existe plusieurs types de mathématiciens. Mathématicien chercheur, mathématicien enseignant ou mathématicien en entreprise : voici les trois branches principales de la profession.

Mais avant tout, vous devez sûrement vous demander comment devenir mathématicien ? Toutes les réponses dans notre article.

Pour commencer, rentrons directement dans le vif du sujet et voyons les formations scientifiques.

Les meilleurs professeurs de Maths disponibles
Pierre-olivier
5
5 (21 avis)
Pierre-olivier
90CHF
/h
Gift icon
1er cours offert !
Guillaume
5
5 (18 avis)
Guillaume
70CHF
/h
Gift icon
1er cours offert !
Jayro
4,9
4,9 (13 avis)
Jayro
25CHF
/h
Gift icon
1er cours offert !
Flo
5
5 (30 avis)
Flo
120CHF
/h
Gift icon
1er cours offert !
Ugo
5
5 (47 avis)
Ugo
90CHF
/h
Gift icon
1er cours offert !
Antoine
4,9
4,9 (16 avis)
Antoine
55CHF
/h
Gift icon
1er cours offert !
George
4,9
4,9 (32 avis)
George
150CHF
/h
Gift icon
1er cours offert !
Olivier
5
5 (42 avis)
Olivier
100CHF
/h
Gift icon
1er cours offert !
Pierre-olivier
5
5 (21 avis)
Pierre-olivier
90CHF
/h
Gift icon
1er cours offert !
Guillaume
5
5 (18 avis)
Guillaume
70CHF
/h
Gift icon
1er cours offert !
Jayro
4,9
4,9 (13 avis)
Jayro
25CHF
/h
Gift icon
1er cours offert !
Flo
5
5 (30 avis)
Flo
120CHF
/h
Gift icon
1er cours offert !
Ugo
5
5 (47 avis)
Ugo
90CHF
/h
Gift icon
1er cours offert !
Antoine
4,9
4,9 (16 avis)
Antoine
55CHF
/h
Gift icon
1er cours offert !
George
4,9
4,9 (32 avis)
George
150CHF
/h
Gift icon
1er cours offert !
Olivier
5
5 (42 avis)
Olivier
100CHF
/h
Gift icon
1er cours offert !
C'est parti

Le parcours type du mathématicien

Quelle que soit la voie que vous souhaitez emprunter (chercheur, enseignant ou salarié), le parcours sera, plus ou moins, le même. Bardé de cours de maths ! Dans tous les cas, vous vous préparez à faire de longues études (minimum 5 ans après l'obtention de votre maturité gymnasiale).

Généralement, vous commencerez en choisissant la maturité gymnasiale dans le degré secondaire II (à ce titre, ces astuces pour réussir son épreuve de maths pourront vous aider). Une fois votre maturité en poche, il est temps d’attaquer les études supérieures.

echelle en spirale
Les mathématiques ouvrent de nombreuses portes et un champ infini de possibilités !

A votre entrée dans le degré tertiaire, deux choix s’offrent à vous : intégrer un bachelor en sciences mathématiques dans une haute école universitaire (HEU) ou bien entrée à l'Ecole Polytechnique :

  • L’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL)
  • L’Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich (EPFZ)

A ce moment, vous devrez sélectionner plusieurs options qui vous permettront de vous spécialiser vers la recherche fondamentale ou l’application pratique des mathématiques.

Une fois votre bachelor terminé, il vous faudra vous orienter vers un master. Plusieurs spécialités s’offrent alors à vous. Choisissez en fonction de vos envies et de vos facilités. La décision est importante puisqu’elle conditionnera votre entrée dans la vie active. Université ou Ecole Polytechnique : c’est à vous de voir.

Si vous voulez travailler directement, arrêtez-vous au master, soit après cinq années d'études. Il y a toutefois une exception si vous désirez enseigner les mathématiques dans le degré secondaire II. Après votre master, vous devrez suivre une dernière formation dans une haute école pédagogique (HEP) pour obtenir le titre officiel d'enseignant / enseignante et commencer à exercer votre profession. En outre, si vous voulez devenir chercheur, vous devrez continuer jusqu’au doctorat (soit huit ans d'études après l'obtention de votre maturité gymnasiale). Au cours de ce dernier cycle, vous aurez à définir votre champ de recherche ainsi qu’une problématique que vous rédigerez et soutiendrez en dernière année. C’est le jury de spécialistes qui vous écoutera à cette occasion qui estimera de vous attribuer ou non votre diplôme.

Plutôt l'université ou l’école d’ingénieur ?

Une fois entré dans le cycle des études supérieures, une question se pose : est-ce que vous devez privilégier l’université ou l'une des deux écoles polytechniques fédérales de la Suisse ?

bibliothèque avec étagères blanches
Quel cursus de maths est le plus adapté pour ce que vous désirez faire à l'avenir ?

Plusieurs critères sont à prendre en compte.

  • Le premier : l’admission. Dans les deux cas, elle peut se faire avec votre maturité en poche sur dossier. De plus, si vous choisissez l'université, il vous sera possible d'intégrer l'EPFL ou l'EPFZ en master, et inversement : en tant qu'étudiant / étudiante de l'EPFL ou l'EPFZ, vous pourrez sans problème rejoindre les bancs de l'université.
  • Deuxième critère : l’enseignement. Avec l'université, vous étudierez les maths et deviendrez un spécialiste / une spécialiste. Mais avec l'une des deux Ecoles Polytechniques Fédérales, vous pourrez recevoir un diplôme d'ingénieur si vous désirez vous engager dans cette voie en particulier. D'autre part, si vous êtes un véritable passionné des maths / une véritable passionnée des maths, mais que vous avez besoin de renforcer votre niveau, l'EPFL a conçu un cours spécialement pour vous : le Cours de mathématiques spéciales (CMS). Il permet aux étudiants qui ne jouissent pas d'une maturité gymnasiale ainsi qu'à ceux qui en possèdent une, mais dont le niveau en maths laisse à désirer, de renforcer leurs compétences mathématiques sur une année, avant d'intégrer une première année de bachelor.
  • Troisième critère : l’encadrement. Si vous souhaitez être accompagné tout au long de vos études, choisissez l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lauzanne ou Zurich. Par contre, si vous vous sentez assez autonome et que vous possédez un bon esprit d’initiative, tournez-vous vers les universités. En effet, bien que l'apprentissage change la donne (et encore ce n'est pas tant monnaie courante), les élèves sortant de l'EPFL ou de l'EPFZ sont souvent moins indépendants que les élèves d’universités qui ont vite appris à se prendre en main.
  • Quatrième critère : coût de la formation. Ici, c’est facile : contrairement à la France où les écoles d’ingénieur coûtent très chères, les Ecoles Polytechniques Fédérales ne sont pas beaucoup plus chères que les universités. Pour rappel, votre cursus dans une université suisse vous coûtera CHF 500 par semestre. A l'EPFL, votre facture semestriel s'élèvera à CHF 780. Cette somme est d'ailleurs détaillée sur le site internet de l'école : CHF 730 correspond au prix des cours, tandis que CHF 25 relève de la cotisation à l'AGEPoly. Enfin, CHF 16 sont demandé pour contribuer aux installations sportives et CHF 9 pour le fonds social. Cependant, si vous ne voulez pas devenir membre de l'AGEPoly, vous pourrez vous faire rembourser vos CHF 25. Vous le comprenez ici, le coût de la formation entre l'université et une Ecole Polytechnique Fédérale n'est pas bien différent. Ce qui vous coûtera plus cher, c'est tout simplement le coût de la vie en Suisse en tant qu'étudiant / étudiante, qu'importe que vous soyez dans une HEU, l'EPFL ou l'EPFZ.
  • Cinquième critère : les débouchés. Généralement, les élèves souhaitant s’orienter vers un travail de chercheur et d’enseignement se dirigent vers l’université. Cela vaut d'autant plus si vous souhaitez ensuite enseigner en collège / gymnase, étant donné que la dernière étape de vos études, après l'obligation d'obtenir un master universitaire en mathématiques, est de suivre une formation d'enseignant / d'enseignante dans une haute école pédagogique (HEP). Ceux qui préfèrent l’application pratique des mathématiques iront vers l'EPFL ou l'EPFZ ou encore vers des études de sciences économiques (pour les métiers liés à la finance d’entreprise/voir préparation du GMAT). Evidemment, les faits sont beaucoup plus nuancés et de nombreuses universités forment d’excellents mathématiciens d’entreprise. Bien entendu, les débouchés sont encore plus importants pour un étudiant / une étudiante qui sort d'un établissement réputé, tel que l'EPFL. C'est d'ailleurs pour cette raison que 40% des étudiants étrangers sont Français. Pas de panique, des universités telles que celle de Genève ou de Lausanne sont tout autant reconnues !

Ainsi, pour résumer, la seule chose que nous vous conseillons : prenez le temps de vous renseigner sur les formations dispensées et dirigez-vous vers l’établissement qui vous forme précisément au métier que vous désirez exercer.

Les différents types de mathématiciens

La formation, c’est bien mais l’objectif final est de vous permettre d’exercer la profession de vos rêves. Car les cours de maths, c'est une chose, mais les perspectives d'avenir sont une toute autre problématique !

Quels métiers après des études de mathématiques ? C’est ce que nous vous présentons tout de suite.

Le mathématicien chercheur : pour mieux comprendre le monde qui nous entoure

Première voie que nous vous présentons : celle du mathématicien chercheur.

Le mathématicien chercheur est, comme son nom l’indique, un professionnel dont le travail au quotidien consiste à émettre et vérifier des hypothèses dans le domaine des mathématiques. Ouvert à tous les passionnés de la discipline, il est évidemment nécessaire d’être excellent en mathématiques pour espérer briller dans ce domaine.

Concernant les activités du mathématicien chercheur, elles se scindent en trois grandes catégories :

  • La recherche évidemment : cela implique de s’attaquer à un problème identifié que vous souhaitez résoudre, de chercher différents moyens pour atteindre ce but et d’écrire les résultats de vos recherches dans des articles généralement soumis à des revues scientifiques. Vous devrez aussi passer du temps à parcourir les travaux des autres chercheurs en mathématiques et à assister à des colloques (ou en organiser).
  • L’enseignement: pour un mathématicien chercheur, l’enseignement de sa discipline se déroule à l’université (en TD et en cours magistraux "cours de math"). De plus, vous vous occuperez aussi de la direction et de l’expertise de thèses tout en étant parfois jury.
  • Les activités administratives: un mathématicien chercheur doit être à même de réaliser des demandes de financements ou de participer aux conseils de l’université au sein de laquelle il évolue.

Ce qui caractérise le plus le travail de mathématicien chercheur, c’est sa capacité à échouer. En effet, pour trouver la solution à votre problème, il vous faudra vous remettre en question à de nombreuses reprises.

jeune homme faisant des maths sur un tableau noir
La recherche en mathématiques peut vous permettre de faire des découvertes extraordinaires qui changeront le monde de demain

En ce sens, la recherche est un travail difficile qui nécessite de vous attaquer à des problèmes complexes, que vous allez résoudre petit à petit. Ainsi, il est évident qu’un mathématicien chercheur doit être passionné par ce qu’il fait.

Les domaines de recherche en mathématiques sont très larges.

Si vous vous demandez à quoi sert la recherche en mathématiques, voici quelques exemples concrets d’inventions ayant vu le jour grâce à nos chercheurs :

  • Le GPS ;
  • La cryptographie ;
  • L’informatique

L’explication du monde par les mathématiques : voici l’objectif du travail du mathématicien chercheur.

Le mathématicien enseignant : un pédagogue qui aime transmettre son savoir

Après le mathématicien chercheur, levons maintenant le voile sur le mathématicien enseignant.

Etant donné que le mathématicien chercheur est souvent aussi mathématicien enseignant en université, dans cette partie, nous allons donc parler exclusivement du mathématicien exerçant en tant qu'enseignant dans le secteur public dans le degré secondaire I ou II ou prof de maths.

Il va sans dire que pour être un bon professeur, vous devez aimer enseigner les mathématiques avec pédagogie. Ainsi, parler devant une classe d’élèves ne doit pas vous faire peur. De plus, un bon prof de maths doit connaitre sur le bout des doigts le programme du secteur public en maths et aimer travailler aux contacts des enfants, adolescents et jeunes adultes.

Il doit être à même de conseiller les élèves sur les formations scientifiques après la maturité gymnasiale.

prof de maths et élève durant un cours particulier
Transmettez votre passion des mathématiques à de jeunes élèves

Son envie première : vouloir transmettre ses connaissances et donner envie à son public de s’intéresser à sa discipline.

Ainsi, en plus d’être passionné, l’enseignant en mathématiques doit être aussi capable d’adapter son cours en fonction de ses élèves. Son objectif : apporter une vision positive des mathématiques et faire comprendre à ses différents publics que cette matière est une science vivante qui évolue dans le temps.

A ce titre, il doit connaitre son sujet sur le bout des doigts et être capable de répondre à toutes les questions qui lui sont posées tout en expliquant les concepts mathématiques de façon simple et précise.

Si vous aimez vulgariser des grandes théories et concepts afin de les rendre accessibles au plus grand nombre, ce métier est fait pour vous.

Mathématicien en entreprise

Dernière facette du mathématicien : le mathématicien en entreprise. Et pour cela, vous vous en doutez, il ne suffit pas de simplement avoir ses épreuves de maths en cycle d'orientation...

De plus en plus, les entreprises font appel aux mathématiciens pour les aider dans leurs prises de décision ou dans le traitement de leurs données. En effet, les nouvelles technologies aident les sociétés à anticiper le futur en établissant des prévisions précises. De plus, à l’ère des Big Data, les données deviennent des ressources importantes qu’il faut savoir collecter et analyser.

Que ce soit dans le secteur industriel, dans le secteur des systèmes d’information ou dans celui de l’informatique, les mathématiciens sont des professionnels particulièrement recherchés.

Leur objectif : mettre en place des algorithmes et apporter une aide pratique aux sociétés qui le demandent.

Quelques exemples de métiers faisant appel aux mathématiques : statisticien, expert-comptable, administrateur de base de données ou encore ingénieur calcul.

Quel que soit votre objectif, pour devenir un bon mathématicien, il faut avant tout aimer et être bon en mathématiques. C’est un fait évident mais nous pensons qu’il est important de le rappeler.

Ceci étant dit, interrogez-vous sur vos motivations. Préférez-vous la recherche et la résolution de problème ? Dans ce cas, vous êtes fait pour devenir mathématicien chercheur. Peut-être est-ce l’application pratique des mathématiques qui vous intéresse ? Orientez-vous alors vers un master professionnel qui vous permettra d’intégrer rapidement une entreprise. Si ce qui vous fait vibrer, c’est la pédagogie et la transmission de savoir : avez-vous pensé à devenir professeur ?

Plus que jamais, nous avons besoin de bons mathématiciens. Alors, quelles que soient vos préférences, vous êtes sûr de vous diriger vers un métier d’avenir aussi passionnant que porteur

>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

1er cours offert

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

5,00 (1 note(s))
Loading...

Yann

Fondateur de Superprof, je suis dévoré par l'envie de découvrir et de toujours apprendre de nouvelles compétences.