Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Les 20 Meilleurs Dessins Animés Japonais

De Yann, publié le 26/06/2019 Blog > Langues > Japonais > Le Top des Films d’Animation Japonais

 » Je pense que dans la relation entre l’homme et la nature, il y a un aspect terrible, quelque chose de beaucoup plus vaste…  » Hayao Miyazaki

Le maître du dessin animé japonais a scotché de nombreuses fois les Français par sa poésie et sa vision du monde. Alors qu’un sondage BVA a révélé en 2017 que 79% des Français regardaient un film « au moins une fois par semaine », pourquoi ne pas profiter d’un voyage au Japon ou d’une soirée films entre amis pour découvrir ou redécouvrir les plus grands chefs d’œuvre du cinéma asiatique ?

Et si vous vous êtes arrêté à Naruto, Albator, Dragon Ball Z et Goldorak (séries TV fantasy issus de comics), découvrez plutôt les longs métrages des plus grands réalisateurs japonais.

Voici les meilleurs dessins animés japonais de l’histoire du cinéma, pour mettre en application ses cours de japonais en ligne. Pixar et Walt Disney n’ont qu’à bien se tenir !

Dessin animé japonais n°1 : Nausicaä de la vallée du vent (1984)

Quels sont les plus beaux dessins animés du pays du soleil levant ? Regardez un dessin animé en langue japonaise pour parfaire votre compréhension ! (source : Nausicaä de la vallée du vent)

Sorti en 1984 au Japon, il faudra attendre 2006 pour découvrir le deuxième long-métrage du maître Miyazaki en France, son premier film étant Le Château de Cagliostro. Nausicaä de la vallée du vent est une adaptation du manga japonais du même nom écrit par Miyazaki lui-même pour le magazine Animage Monthly et sorti entre 1982 et 1984. Même s’il est attribué aux studios Ghibli, ils n’existaient pas à cette époque et le film a été distribué par le studio Topcraft.

Synopsis : Mille ans après l’apocalypse appelée les sept jours de feu, l’humanité tente de survivre tant bien que mal dans un environnement extrêmement pollué. La Vallée du Vent est une zone protégée du monde post apocalyptique mais voit son équilibre fragile perturbé par le naufrage d’un navire ennemi. La princesse Nausicaä est faite prisonnière mais parvient à s’échapper pour sauver les êtres vivants et la nature.

Film animé japonais n°2 : Le château dans le ciel (1986)

Alors que les Français ne l’ont découvert qu’en 2003, Le château dans le ciel était sorti bien avant au Japon. C’est en 1986 que le studio Ghibli crée son tout premier long métrage orchestré par le célèbre Hayao Miyazaki, grand maître de l’animation japonaise.

Un film à voir en famille pour découvrir cet univers incroyable.

Synopsis : Sheeta, descendante de la mythique cité située dans les airs, échappe à une bande de pirates en sautant par-dessus leur dirigeable. Rattrapée à la dernière minute par Pazu, un aviateur amateur, elle tente de fuir le chef des armés à ses côtés.

Film pour enfants japonais n°3 : Mon voisin Totoro (1988)

Toujours réalisé par le célèbre Hayao Miyazaki, et parfois évoqué en cours de japonais, le film d’animation Mon voisin Totoro est également arrivé sur les écrans français bien plus tard que sa sortie japonaise. En effet, les studios d’animation Ghibli n’avait pas, à l’époque, la notoriété spectaculaire qu’il a aujourd’hui.

Synopsis : Afin de se rapprocher de leur mère soignée à l’hôpital, deux petites filles et leur père décident d’emménager à la campagne. C’est là que les sœurs vont découvrir des créatures extraordinaires : les totoros. Des petits êtres très discrets qui dorment le jour et se réveillent les nuits de pleine lune.

Les films du sensaï (maître) Hayao Miyazaki introduisent presque toujours le thème de l’écologie. Ici les petites filles vivent en harmonie avec la nature représentée par les totoros.

Quel est le thème des films japonais ? Découvrez les extraordinaires totoros ! (source : Mon voisin Totoro)

Film japonais jeune public n°4 : Le Tombeau des lucioles (1988)

Ce film réalisé par Isao Takahata fait également parti du studio Ghibli. Sorti en même temps que Mon voisin Totoro, il ne rencontrera pas le succès tant attendu et sera perçu comme un échec à côté des aventures des totoros.

Cependant, le film est depuis considéré comme l’un des chefs-d’œuvre du studio d’animation. N’hésitez pas à le regarder pour enrichir votre culture nippone ou juste pour le plaisir.

Synopsis : En 1945, après le bombardement de Kobé, Seita et sa petite sœur deviennent orphelins. Ils partent donc vivre chez leur tante qui leur fait bien comprendre qu’ils ne sont pas les bienvenus. Le frère et la sœur fuguent alors pour se retrouver dans un bunker illuminé par des milliers de lucioles.

Découvrez également la littérature japonaise pour plus de culture du Japon.

Dessin animé japonais n°5 : Kiki la petite sorcière (1989)

Cinquième film de Miyazaki, Kiki la petite sorcière est l’adaptation d’un livre pour enfants abordant les thèmes de l’indépendance, de la communauté et de l’émancipation des jeunes filles. Le film permet d’assoir la réputation du studio Ghibli et surtout de pérenniser son activité.

En effet, le studio Ghibli fait le choix de produire des films de grande qualité, et donc très onéreux, en s’appliquant sur le graphisme, au risque que cela ne fonctionne pas. Même si les trois premières productions rencontrent un franc succès, elles ne permettent pas de rendre le studio rentable. C’est le film Kiki la petite sorcière qui va permettre de passer ce cap (et les produits dérivés de Totoro) en réunissant plus de 2 millions de spectateurs japonais à sa sortie.

Synopsis : La jeune sorcière de 13 ans, Kiki, possède la faculté de voler. Comme chaque jeune sorcière, elle doit poursuivre son apprentissage dans une ville inconnue. Là-bas, Kiki rencontre de nombreuses personnes et notamment la boulangère Osono qui l’héberge le temps de développer son service de livraison rapide par les airs.

Manga animé japonais n°6 : Akira (1988)

Réalisé par Katsuhiro Ôtomo en 1988, Akira est un chef d’œuvre cinématographique de l’animation japonaise.

Le film a été adapté du manga éponyme. Il est souvent considéré comme l’un des meilleurs films d’animation par les fans de la culture nippone. L’occasion d’apprendre quelques kanji et un peu de vocabulaire japonais si vous le regardez en version originale.

Synopsis : Tetsuo, un jeune adolescent un peu perdu, devient la victime d’expériences scientifiques mises en place afin de développer ses capacités psychiques. Alloué de compétences hors du commun, le jeune garçon va chercher à se venger de la société qui l’a rejeté.

Envie de prendre des cours de japonais ?

Film japonais en images de synthèse n°7 : Porco Rosso (1992)

Encore une œuvre de Hayao Miyazaki au compteur évoquée en cours de japonais paris. Porco Rosso est l’un des films mythiques du cinéma d’animation au Japon. Réalisé en 1992, il sortira en France quelques années plus tard, en 1995.

Synopsis : Marco, un pilote d’avion un peu particulier, décide d’aider les personnes qui en ont besoin. Accompagné de son mythique hydravion rouge, le pilote s’embarque alors dans des aventures plus folles les unes que les autres.

Quel film regarder Japon ? Un film mythique de Miyazaki. (source : Porco Rosso)

Film animé japonais n°8 : Ghost in The Shell (1995)

Remis au goût du jour dans un film avec Scarlett Johanson, Ghost in the Shell est avant tout un long métrage d’animation japonais réalisé par Mamoru Oshii.

Synopsis : Motoko Kusunagi, major cyborg ultra-perfectionnée, tente d’arrêter les crimes dans un Tokyo régi par les robots et progrès technologiques en tout genre. Jusqu’au jour où la cyber-police dont elle fait partie retrouve la trace d’un mystérieux hacker. Une rencontre qui bouleverse la jeune femme alors en quête d’identité.

Une soirée cinéma devant un bon plat japonais, ça vous tente ?

Film pour enfants japonais n°9 : Princesse Mononoké (1997)

Princesse Mononoké , réalisé par Hayao Miyazaki, est un gros succès au Japon mais aussi dans le monde entier. Ce film donnera ses lettre de noblesses au réalisateur puisqu’après cette sortie, de nombreux films du studio Ghibli seront programmés en France.

Synopsis : Dans une époque lointaine, l’ère Muromachi voit disparaitre les animaux géants de la forêt japonaise. Pourtant, un sanglier transformé en bête féroce vient attaquer le chef du village. Ce dernier doit alors trouver le dieu Cerf afin de stopper la malédiction qui touche son bras.

Ce film d’animation japonaise fait partie de la tradition du « jidaigeki » japonais. Il s’agit d’un drame historique japonais composé de nombreuses péripéties et de scènes de bataille, inventé en 1958 par Akira Kurosawa, ami de Miyazaki. Prenez le temps d’apprécier la bande originale de ce film.

Film japonais jeune public n°10 : Perfect Blue (1997)

Interdit aux moins de 12 ans, ce film de Satoshi Kon, est sorti en France en 1999. Le succès est au rendez-vous bien que des scènes parfois violentes limitent l’accès de ce film au plus jeunes.

Synopsis : Mima quitte son groupe de musique et accepte un petit rôle d’une série télévisée afin de devenir comédienne. Mais l’arrêt de sa carrière musicale rend plusieurs fans en colère. L’un deux, pour se venger, dévoile toute la vie privée de Mima sur internet et menace son entourage. Une situation qui commence à faire étrangement écho à l’histoire de sa série télévisée.

Trouvez votre cours de japonais.

Manga animé japonais n°11: Le voyage de Chihiro (2001)

Pourquoi regarder un film japonais ? Suivez les aventures de Chihiro !

Le voyage de Chihiro est un nouveau succès pour le studio Ghibli, mais pas que !

Devant faire face aux délais de production plutôt courts, le studio Ghibli a fait appel au studio coréen D. R. digital afin de réaliser quelques scènes. Le film n’est donc pas entièrement japonais mais a bénéficié d’une coopération entre Japon et Corée du Sud.

Synopsis : En route vers sa nouvelle demeure, la famille de Chihiro décide de pénétrer dans un tunnel étrangement long. Au bout de celui-ci, une ville fantôme se dresse devant Chihiro et ses parents. Ces derniers mangent alors des plats présentés dans un restaurant et se transforment en cochon. Pour conjurer le sort, Chihiro va devoir braver la sorcière Yubaba.

Film japonais n°12 : Le château ambulant (2004)

Suite aux succès de Mon voisin Totoro, Porco Rosso, Princesse Mononoké et Le Voyage de Chihiro, Hayao Miyazaki décide pour ce film de ne pas faire de promotion. Aucune information sur le film ne sera alors divulguée avant sa sortie. Cela n’empêchera pas le film de devenir un succès du box-office.

Synopsis : Sophie a 18 ans lorsqu’elle fait la rencontre de Hauru, un magicien très séduisant. Une sorcière, se trompant sur leur relation, décide de jeter un sort à la jeune femme en la transformant en vieille dame de 90 ans. Pourtant Sophie va réussir à se faire engager dans le château du magicien et y trouver parfaitement sa place.

Manga animé japonais n°13 : Paprika (2006)

Ce film de Satoshi Kon fait partie de la société Madhouse. Une maison de production devenue incontournable dans le domaine du film d’animation. Ils ont notamment produit des films comme Metropolis ou The Animatrix.

Synopsis : Une nouvelle machine vient d’être inventée. Celle-ci permet de rentrer dans les rêves des patients afin de soigner des maladies psychiatriques. Seulement, la machine servant de traitement a été volée. Ses créateurs vont alors tenter de tout faire pour la retrouver.

Dessin animé japonais n°14 : La traversée du temps (2006)

Film d’animation de Mamoru Hosoda, La traversée du temps est la suite d’une nouvelle éponyme écrite par Yasukata Tsutsui. Dans la nouvelle, c’est la tante de l’héroïne qui vit les mêmes aventures qu’elle. Au Pays du soleil levant, c’est une histoire maintes fois adaptée.

Synopsis : Une lycéenne de 17 ans découvre qu’elle a le don de remonter le temps à la suite d’un accident de train. La jeune fille se sert de son nouveau pouvoir pour améliorer ses notes, manger son plat préféré à l’infini ou aider ses amis à tomber amoureux. Mais à chaque fois, quelque chose ne va pas. Son pouvoir est limité dans le temps et elle devra apprendre à s’en passer.

Films d’animation japonais n°15 : Ponyo sur la falaise (2008)

Comment regarder un film japonais ? Découvrez la version japonais du film de Walt Disney. (source : Ponyo sur la falaise)

Selon le réalisateur Hayao Miyazaki, Ponyo sur la falaise est une version japonaise du conte de Hans Christian Andersen, La Petite Sirène. Il dira du film :

« Une petite ville au bord de la mer, une maison au sommet d’une falaise, quelques personnages et l’océan vu comme une présence, une entité vivante. »

Synopsis : Sosuke fait la rencontre de Ponyo, une petite fille poisson rouge coincée dans un pot de confiture. Cette dernière rêve de devenir humaine et d’échapper à la colère de son père qui préférerait qu’elle revienne dans les profondeurs de la mer. Sosuke promet alors de l’aider.

Les films d’animation peuvent même servir d’inspiration pour un tatouage japonais !

Dessin animé japonais n°16 : Summer Wars (2009)

Cinquième long métrage du cinéaste Mamoru Hosoda, Summer Wars a gagné le prix du meilleur film d’animation de l’année par la Japan Academy en 2010. Il rencontre un franc succès au Japon avec plus de 1,2 millions d’entrées.

Summer Wars mixe tradition et modernité avec le hanafuda, jeu de cartes traditionnel au Japon et la présence du réseau social mondial Oz. Quant au titre du film, il fait référence aux guerres féodales japonaises.

Synopsis : Oz est un réseau social mondial où chacun possède un avatar pour se créer une nouvelle vie, hors de la réalité. Kenji, lycéen très doué en maths, travaille l’été à la maintenance du réseau social. Natuski, la fille de ses rêves, l’invite à Nagano pour assister à une fête traditionnelle du clan Jinnouchi. Mais Kenji déchante vite : Natuski ne l’a invité que pour faire bonne figure face à sa grand-mère. En attendant, un virus s’empare de Oz et Kenji doit sauver le monde virtuel et ses habitants.

Dessin animé japonais n°17 : La colline aux coquelicots (2011)

Pourquoi regarder des films en japonais ? Un secret lie les deux jeunes gens, mais lequel ? (source : La colline aux coquelicots)

La colline aux coquelicots est un film d’animation japonais du réalisateur Gorō Miyazaki, fils de Hayao Miyazaki. C’est la première fois que père et fils ont travaillé ensemble sur un film. Le film a été distribué par le studio Ghibli et adapté d’un manga japonais éponyme publié dans les années 1980. Il s’agit d’un shojo, un manga destiné aux adolescentes.

Le film d’animation rencontre un franc succès au Japon avec plus de 3 millions d’entrée deux mois après sa sortie. En France aussi, le film est accueilli par d’élogieuses critiques.

Synopsis : Une jeune lycéenne vivant au-dessus du port de Yokohama hisse chaque matin deux pavillons face à la mer pour son père disparu en mer. Un jeune homme a même écrit un article sur cette émouvant signal qu’envoie chaque matin la jeune fille au cas où son père rentrerait. Les deux jeunes adolescents passent de plus en plus de temps ensemble. Ils découvrent un secret entourant leur naissance, les liant l’un à l’autre.

Film animé japonais n°18 : Les Enfants loups, Ame & Yuki (2012)

Le réalisateur Mamoru Hosoda a commencé à travailler sur l’idée du film en 2009. Mais c’est en 2010 que commence la réalisation de ce film qui durera alors deux ans. N’hésitez pas à regarder ce film sur un site streaming. Il deviendra sûrement l’un de vos films préférés. Et pourquoi ne pas le mettre en vostfr ?

Synopsis : La famille de Hana vit paisiblement dans un quartier de la ville. Cependant, elle et ses deux enfants cachent un lourd secret : le père de famille est un homme-loup. Lorsque celui-ci disparaît mystérieusement, la petite famille décide de déménager dans un coin tranquille en campagne.

Dessin animé japonais n°19 : Le conte de la princesse Kaguya (2013)

Le film est adapté d’un des contes les plus populaires de la culture japonaise : Le coupeur de bambou. Il a été réalisé par Isao Takahata et distribué par le studio Ghibli. Le dessin animé a reçu de nombreuses récompenses dont celle du meilleur film d’animation de la part du Boston Society of Film Critic Awards en 2014.

Synopsis : Alors qu’un coupeur de bambou s’attelait à son travail, il découvre une minuscule princesse dans la tige d’un bambou. Il la ramène chez lui, voyant un signe du destin. La princesse se transforme en nourrisson et est élevée par le couple de paysans. Elle grandit rapidement et tous les princes veulent sa main, éblouis par sa beauté mais ils devront relever de nombreux défis pour obtenir ses faveurs. La jeune princesse découvre également qu’elle vient de la Lune et qu’elle a été envoyée sur Terre en punition de sa curiosité pour cette planète.

Dessin animé japonais n°20 : Le vent se lève (2013)

Quels sont les plus grands films du studio Ghibli ? Un film inspiré de faits réels et de la vie d’un des plus grands ingénieurs aéronautiques. (source : Le vent se lève)

Le vent se lève a bien failli être le dernier film de Hayao Miyazaki qui avait annoncé sa retraite avant de revenir dessus en 2016. Le film animé est une biographie librement inspirée de la vie de l’ingénieur aéronautique Jirō Horikoshi.

Le dessin animé reçoit un accueil mitigé au Japon : les parents apprécient le film en tant qu’adultes mais expliquent leurs enfants n’ont pas bien compris l’histoire. Cependant les critiques cinématographiques sont dithyrambiques aussi bien au Japon qu’en France.

Au Japon, le film a également suscité des polémiques politiques et sur le tabagisme, les personnages étant trop souvent vus en train de fumer pour certaines personnes. Les films de Miyazaki sont en effet vus comme des dessins animés pour enfants au Japon alors que ce n’est pas toujours le cas et que la réflexion est bien plus poussée que dans un simple dessin animé pour enfants.

Synopsis : Le jeune Jiro, inspiré par le concepteur d’avions Caproni rêve de s’envoler et se met à dessiner des avions. Sa mauvaise vue l’empêche malheureusement de prétendre à la position de pilote mais il est tout de même engagé au département aéronautique en tant qu’ingénieur. Il devient rapidement l’un des plus grands ingénieurs du monde. Le film romance sa vie, bouleversée par des événements comme le séisme de Kanto en 1923, la Grande Dépression, l’épidémie de tuberculose et l’entrée en guerre du Japon.

Bonus : A Silent Voice (2018)

Adapté d’un manga appartenant au style shonen (jeunes garçons), A Silent Voice a pu être diffusé plus largement en France grâce à une campagne de financement participatif menée sur KissKissBankBank. Ainsi, ce sont 75 salles françaises qui ont diffusé le film au lieu des vingt à l’origine.

Synopsis : Un élève d’école primaire Shoya trompe l’ennui qu’il ressent en inventant des jeux insensés. Shoko, une jeune élève atteinte de surdité subira ses blagues durant l’école primaire. Cependant, ses farces se retourneront contre lui. Une fois au lycée, Shoya aimerait s’excuser auprès de Shoko et finalement il se rapproche d’elle en apprenant la langue des signes.

Alors quel film d’animation japonais est votre préféré ? 

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...
avatar