Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Existe-t-il un âge limite pour parler Espagnol ?

De Yann, publié le 22/03/2019 Blog > Langues > Espagnol > A Partir de Quand Est-il Trop Tard pour Apprendre l’Espagnol ?

« Les trois grandes époques de l’humanité sont l’âge de la pierre, l’âge du bronze et l’âge de la retraite » Jean Charles (1922-2003)

Comment apprendre l’espagnol quand on n’en parle pas un mot ? Passé la vingtaine, de nombreuses personnes regrettent de n’avoir jamais pris le temps d’apprendre un instrument. Comme la musique, l’apprentissage des langues essuie également ce genre de regrets.

Il n’est pourtant jamais trop tard pour débuter l’espagnol et se débrouiller en apprenant ses premiers mots !

Voici nos réflexions sur la question de l’âge optimal auquel il faut commencer à étudier l’espagnol.

Que dit l’hypothèse de la période critique ?

Y a-t-il un âge limite ou une période limite, à partir de laquelle il est plus difficile d’apprendre une langue étrangère et donc, à fortiori l’espagnol ?

Plus on apprend jeune la langue espagnole, mieux c'est ! Cuando aprender el español ? Dès que possible señor !

Voici un débat qui, si vous ne le saviez pas, anime les discussions entre scientifiques et linguistes depuis plusieurs décennies !

Et à ce propos, il nous semblait indispensable de mentionner la très controversée « hypothèse de la période critique« .

Un période est dite sensible ou critique lorsqu’un événement ou une stimulation comporte plus d’impact sur une animal qu’à un autre moment de son développement.

Développée par Penfield and Roberts (1959) puis Lenneberg (1967), cette notion aborde pour la première fois une période idéale d’apprentissage du langage pour l’Homme.

Une « fenêtre de tir » en dehors de laquelle l’assimilation d’une 2ème langue devient plus laborieuse.

Nous appelons également cela la « période sensible ».

Lenneberg, au cours d’expériences personnelles, a avancé que cette période critique pour l’acquisition du langage commençait vers l’âge de 2 ans, et s’achevait avec la période où la plasticité neuronale est la moins forte (soit le début de la puberté).

Il fonde cette hypothèse en observant les petits enfants souffrant de surdité.

Ces expériences ont notamment été menées sur des enfants sourds, dans leur acquisition du langage des signes.

Plus tard, en 1989, puis en 1995, des études ont été conduites pour tenter d’approfondir cette hypothèse de la période critique ou sensible.

Elles ont alors attesté deux conclusions :

  • Après la puberté, l’apprenant espagnol ne pourra pas atteindre les compétences d’un « locuteur natif » : l’acquisition du langage ne se faisant que dès le plus jeune âge,
  • Par ailleurs, il semble que l’adulte peut faire des progrès plus rapides que l’enfant lors des premières étapes de l’apprentissage de la langue, mais il ralentit ensuite par rapport à l’enfant.

Un certain déclin a donc été identifié lors de plusieurs expériences.

Il s’agit toutefois de préciser à nos lecteurs que l’hypothèse de la période critique est aujourd’hui encore âprement disputée et discutée.

Surtout, on ne comprend pas encore « comment et pourquoi » ce déclin arrive.

Vous cherchez un cours d’espagnol ?

Apprentissage de l’espagnol : les avantages de l’adulte par rapport à l’enfant

Il est communément admis que l’enfant a plus de facilités à acquérir une langue qu’un adulte. C’est prouvé scientifiquement.

L'âge, un facteur propice à l'apprentissage des langues ? Il est reconnu qu’un adulte a une capacité de concentration plus élevée qu’un enfant…

Et empiriquement, il n’y a qu’à avoir un petit à la maison, ou dans sa famille : un bébé de quelques mois montre déjà son besoin de communiquer, mais il n’a pas encore les mots pour formuler ses pensées.

Vers l’âge de 2 ans, il atteint l’âge de la parole et produit du langage, par imitation de ses parents au départ.

Puis il s’approprie son propre langage : et bien, ce processus est similaire à l’apprentissage des langues à un âge adulte !

Nous comparons souvent le cerveau de l’enfant à une éponge, puis celui de l’adulte à un gruyère. Ainsi avons-nous injustement tendance à croire qu’il est impossible ou presque pour un adulte de devenir bilingue sur le tard (de là à rêver en espagnol ?).

Ce sera effectivement plus long et difficile. Mais en aucun cas, devenir bilingue à l’âge adulte est impossible.

D’autant plus que l’adulte qui souhaite apprendre l’espagnol d’un jour à l’autre présente des avantages certains par rapport à l’enfant. Sa maturité, premièrement.

Après plusieurs années d’études, voire même une carrière professionnelle plutôt avancée, des mécanismes se mettent en place : l’adulte a acquis une méthodologie avec le temps, des outils et moyens logiques pour accélérer le processus de compréhension.

Cela lui apportera en effet la capacité à faire des progrès rapides et encourageants.

Voici un autre atout que les années et l’expérience apportent à un individu à l’âge adulte : la concentration !

Prenons un enfant de 3 à 6 ans par exemple.

Il est là aussi communément admis que celui-ci parviendra à se concentrer durant 10 à 20 minutes maximum sur 1h de leçon. Et encore, nous parlons de 20 minutes lorsque l’enfant est dans la pratique d’un exercice et non pas à écouter une explication.

En revanche, pour ce qui est d’un adulte, sa capacité de concentration s’accroît avec le temps. Mais pour cela, l’adulte a besoin d’un ingrédient indispensable : la motivation !

Sans motivation, et sur un exposé d’une heure, l’adolescent ou l’adulte ne reste attentif qu’environ 12 minutes.

La motivation est donc la clé dans votre apprentissage de l’espagnol sur le tard.

Mais après tout, apprendre une langue étrangère à l’âge adulte tient la plupart du temps d’une volonté de s’enrichir. A partir de là, nous pouvons considérer que vous faites cela pour vous. Ce n’est pas imposé et vous ne passerez pas votre temps à rêvasser !

En étant motivé par l’apprentissage de l’espagnol, vous vous montrerez totalement proactif durant vos leçons ou votre immersion à l’étranger, multipliant les questions pour progresser.

On pourrait refermer ce volet par un dernier avantage des adultes sur les enfants : ceux dont la langue maternelle est le français – ou toute autre langue romane héritée du latin vulgaire – peuvent plus facilement effectuer des ponts et des inter-connexions entre le français et l’espagnol.

Car les deux idiomes présentent de nombreuses similarités, et jouissent d’une grande proximité linguistique, à la fois dans le vocabulaire espagnol que dans la construction grammaticale.

Vous qui vous demandez peut-être « Combien de temps pour apprendre la langue espagnole ?« 

En voyageant, le processus sera plus rapide !

Les ressemblances avec le français vous aideront à apprendre l’espagnol tard

A la lumière de ces deux premiers points développés plus haut, vous vous rendez certainement compte des avantages que vous possédez.

Les vestiges de l'Antiquité expliquent la proximité entre les langues romanes ! Mérida, en Estrémadure (Espagne). Nous y sommes allé en juin 2018 : c’est l’un des amphithéâtres romains le mieux conservé de toute l’Europe !

Ainsi que des obstacles liés à l’âge. Mais vous qui souhaitez apprendre l’espagnol, nous souhaitons vous rassurer sur un point essentiel : les similitudes entre la langue française et l’espagnole !

Avec l’italien, il s’agit sans aucun doute du langage le plus proche du français, en termes de sons et de racines de mots en commun.

Le français et l’espagnol sont ce que l’on appelle des « langues romanes » comme vous le savez.

Cela veut donc dire une chose : qu’elles tirent leur histoire et l’étymologie de la plupart des mots de la langue latine.

Lorsque la Gaule et l’Hispanie furent colonisées au cours des premiers siècles de l’ère chrétienne par l’Empire Romain, les populations se soumirent rapidement à l’autorité de Rome et furent rapidement latinisées.

Il faut dire, au passage, qu’à l’époque, ces populations n’avaient peut-être pas trop le choix…

A partir de là, vous l’aurez deviné : il est beaucoup plus simple pour un adulte d’apprendre l’espagnol sur le tard, que l’allemand ou le néerlandais !

Voilà une excellente nouvelle.

Ne tombez tout de même pas dans les facilités que l’on entend souvent.

Il ne suffit en effet pas d’ajouter un « o » ou un « a » à la fin de chaque mot français pour soudainement parler la langue de Cervantés.

Vous pensiez partir de 0 dans votre apprentissage de l’espagnol ?

Détrompez-vous donc tout de suite : vous remarquerez bien assez tôt les innombrables similitudes avec votre langue maternelle.

Par exemple, l’ordre grammatical : « je mange une pomme » en espagnol, se dit « yo como una manzana ».

Quand on ne connaît aucun mots en espagnol, cela ne paraît pas simple mais pourtant, on trouve le même ordre sujet + verbe + nom dans les deux phrases. Et ceci est normal : on dit que l’espagnol et le français sont des langues SVO, c’est-à-dire construites dans l’ordre sujet-verbe-objet.

On espère avoir rassuré quelques lecteurs et lectrices.

La proximité entre le français et l'espagnol est parfois frappante. Vous voyez un alphabet différent vous ? Ici sur un mur à Mexico…

Autre paramètre rassurant : l’alphabet espagnol et l’alphabet français sont similaires, hormis les accents grave et circonflexe français, et la lettre « ll » et le « ñ » espagnol.

Les études linguistiques ont démontré que les similitudes lexicales – la façon dont les groupes de mots sont assemblés dans deux langues différentes – entre la langue française et l’espagnol sont élevées (79 %).

Le pronom personnel sujet, la conjugaison, le vouvoiement et les deux formes de passé présentent des similitudes dans les deux langues. Cela va faciliter les ponts entre l’espagnol et le français : on peut donc apprendre l’espagnol rapidement à condition de travailler assidûment.

Voici de quoi annoncer des débuts prometteurs pour vous. Par ailleurs, à partir de quand un enfant peut débuter l’espagnol ?

Quelles méthodes à appliquer pour découvrir l’espagnol sur le tard !

Maintenant que nous savons qu’il n’y a pas d’âge pour apprendre l’espagnol, même si son assimilation sera un peu plus difficile à l’âge adulte, passons à l’étape suivante ! Cette étape, c’est celle où nous allons vous donner quelques pistes pour progresser rapidement en espagnol et ne pas perdre trop de temps.

Voici les méthodes à appliquer…

Prendre des cours particuliers d’espagnol

C’est un peu catégorique, mais selon nous, pour un apprentissage plus rapide de l’espagnol : rien ne sert de reprendre des cours à la fac !

Etudier l'espagnol avec des professeurs particuliers, pour devenir hispanophone ! Les leçons d’espagnol à la maison : un bon moyen d’apprendre, sur des documents qui nous intéressent !

Les formations que l’on vous propose à la fac (Langues Etrangères Appliquées ou LLCE espagnol) sont certes de très bonne qualité, mais elles durent de 3 à 5 ans.

C’est un peu long…

Notre conseil est donc de vous diriger directement vers les cours particuliers d’espagnol.

L’enseignement en face à face avec un professeur particulier, agréé et habitué à ce type de leçons, vous permettra de faire des progrès à vitesse grand V.

Plutôt que de vous installer dans la masse de l’amphithéâtre et d’être un nom parmi la foule des anonymes, optez pour les cours particuliers et l’enseignement personnalisé.

Votre apprentissage de l’espagnol n’en sera que plus rapide. Le professeur aura toute liberté de s’attarder sur vos lacunes et de vous concocter un programme à 360° !

Convaincus par les bienfaits de cette méthode ?

A partir de quand un enfant peut débuter l’espagnol en cours particuliers ?

Rejoindre des groupes de paroles

Tout le monde ne peut se permettre de partir vivre à l’étranger du jour au lendemain. Nous en sommes conscients évidemment.

Alors, au-delà des cours particuliers, de cours à l’université ou de formations dans des instituts privés, que vous reste-t-il ?

Dans de nombreuses grandes villes de France, des villes dites « étudiantes » notamment, il existe ce que l’on appelle des groupes de parole ou d’échanges linguistiques.

Ces grandes agglomérations accueillant des étudiants (en ERASMUS la plupart du temps) anglophones, germanophones ou hispanophones, les associations locales en profitent pour organiser des échanges.

C’est comme cela que l’on retrouve des soirées franco-espagnoles dans les bars de certaines villes.

Des événements ponctuels durant lesquels chacun peut faire des rencontres, mais surtout échanger un maximum en espagnol et ce, avec de nombreuses personnes.

En une soirée, il est même possible que vous ayez autant de discussions que durant toute votre vie jusqu’ici !

Autre bon plan : le site Meet Up.

Spécialisé dans la rencontre amicale, vous y trouverez peut-être des groupes de paroles spécialisés (dans les échanges en espagnol par exemple). Tous les membres s’y retrouvent pour mettre en place des rendez-vous, pique-niques ou balades durant lesquelles vous pourrez progresser en espagnol.

Cela n’engage que nous, mais c’est une astuce pour débuter l’espagnol de manière efficace.

Retrouvez tous les cours espagnol paris.

Regarder des films et séries en VO

Découvrir la culture et l'histoire de l'Amérique Latine à travers le cinéma : un bon support d'apprentissage ! Diego Luna et Michael Peña : deux acteurs-clés de la série Narcos Mexico incarnant les rôles de Miguel Angel Félix Gallardo (parrain de la drogue) et Kiki Camarena (agent de la DEA assassiné en 1985),  : à voir absolument !

Enfin, encore une méthode pour se mettre en immersion linguistique en espagnol juste devant son écran de télévision, d’ordinateur ou de tablette tactile : la VO ! Avec la multiplication des séries TV et des films en streaming ces dernières années, nous avons tous pris l’habitude de visionner nos films en version originale.

Opter pour le sous-titrage en français si nos connaissances en espagnol sont fébriles : lire à la fois le texte en écoutant les répliques du film peut permettre d’associer certains mots à leur traduction en un temps instantané.

Regarder les films et les séries en VO ne peut être que bénéfique pour améliorer votre niveau d’espagnol.

Avec sous-titrage instantané en-dessous pour enregistrer les mots, ou sans pour améliorer votre oreille : les films en version originale vous seront d’une grande aide.

D’ailleurs, avez-vous suivi la série Narcos en Colombie et Narco Mexico ?

Cette série retrace la sombre histoire du trafic de cocaïne qui a ensanglanté la Colombie entre les années 1980 et 1990 – avec la traque de P. Escobar, les cartels de Medellín et de Cali – et la délocalisation du conflit au Mexique à l’aune des années 1990.

Partir à l’étranger pour apprendre l’espagnol

Nous traitons régulièrement de ce sujet sur Superprof.

En effet, l’immersion est souvent la solution à tous les maux linguistiques.

Qui a dit qu’il est trop tard pour se mettre à la langue espagnole ?

Partir en Colombie pour étudier l'espagnol est plus exotique que Barcelone ! A l’aéroport de Paris : demain, à moi Bogota !

S’il y a bien quelque chose que les enfants ne peuvent faire, en tout cas de façon autonome, c’est le voyage.

Nombre de jeunes, au milieu, après le bac ou après leurs études, décident aujourd’hui de tenter l’aventure en Europe ou plus loin encore.

Et vous qui souhaitez apprendre l’espagnol sur le tard : pourquoi ne pas tenter l’aventure à l’étranger également ? En Espagne, en Amérique Latine ou Amérique Centrale. Le choix est vaste il faut l’avouer !

Surtout, d’un point de vue linguistique, l’immersion est souvent le remède à tout.

En optant pour un environnement 100% hispanophone (logement, travail, amis, administration…), vous donnez l’opportunité à votre oreille et à votre cerveau de s’habituer rapidement à cette nouvelle langue.

Si votre objectif est de progresser rapidement en espagnol et d’acquérir un très bon niveau en quelques mois, c’est donc vers l’immersion qu’il vous faudra vous tourner !

A l’heure où l’on écrit ces lignes – 20 mars 2019 -, sur le célèbre comparateur de vols Skyscanner, on trouve des vols pour Bogotá (Colombie) au départ de Paris pour 510 € aller-retour !

Cela donne envie, non ?

Certes, le billet d’avion pour s’immerger en Argentine, au Chili, au Mexique, en Colombie ou en Uruguay, ça représente un certain budget : l’équivalent d’un ou deux loyers.

Mais le coût de la vie en Amérique Latine peut être jusqu’à 50 % moins élevé qu’en France.

Vous manquez de moyens et/ou de temps pour partir si loin ?

Notez que l’on peut partir vivre en Espagne avec des prix de billets d’avion défiant toute concurrence !

Lorsque je suis parti pour les îles Canaries à Tenerife Nord, mon vol aller ne m’a coûté que 40 € au départ de Barcelone. Et au retour, j’ai payé 15 € le vol Tenerife Nord-Barcelone !

En comparant les offres de vols low-cost, on parvient à trouver des prix si faibles qu’ils en deviennent indécents…

Si on fait le total, un vol aller-retour en Espagne revient à moins cher qu’une sortie en ville le weekend (bar+restaurant+tabac pour les fumeurs…) !

En tout état de cause, vous vous apercevrez que l’on peut progresser rapidement en castillan : c’est bien plus facile que d’apprendre le russe, ou même qu’apprendre l’anglais !

Lors d’un voyage en Espagne, multipliez les efforts pour se trouver au contact des natifs :

  • Choisir le logement chez l’habitant via le Couchsurfing, Airbnb, Abritel, Wimdu (pour parler espagnol avec vos hôtes),
  • Faire du wwoofing pour apprendre l’espagnol en Espagne, sans prendre des cours,
  • Sortir dans les bars : l’Espagne est un pays très festif, sortir permet de se retrouver mêlé dans la population locale,
  • Prendre des cours dans une école de langue,
  • Côtoyer les étudiants étrangers (cela fera également parler anglais).

Pour être en immersion totale, il y a plusieurs solutions.

Certaines situations d’immersion ne sont par ailleurs pas anticipées : dans un bus ou dans le métro pour se déplacer, lorsqu’un(e) hôte(sse) de caisse nous adresse la parole, lorsque l’on cherche son chemin dans la rue (en cas de panne de GPS), etc.

Ne riez pas, ces situations arrivent !

On dit « Hola » à la caissière, et celle-ci nous décoche une phrase, au demeurant incompréhensible.

Du moins au début, car seuls quelques jours suffisent à ce l’on ait une compréhension orale suffisante à comprendre ce qu’on nous dit. De là à pouvoir parler…

Balbutier quelques phrases et même expressions espagnoles sera salvateur dans ce contexte !

Notez, enfin, que la compréhension orale et l’accent tonique sont plus faciles au Mexique et en Colombie qu’en Espagne : il n’y a qu’à écouter la bande originale (de Lila Downs) du film Frida (sur la vie de la Mexicaine Frida Khalo) pour s’en rendre compte.

Apprendre l’espagnol à tous les âges !

Tous n’ont pas la chance de travailler en freelance pour travailler à l’étranger, d’avoir peu d’attaches ou d’avoir un salaire permettant de voyager.

Attendre au moins l'âge de 6-7 ans pour offrir des leçons linguistiques à son enfant ! Bon, on peut apprendre l’espagnol enfant, mais il ne faut pas exagérer…

A la rédac de Superprof, nous sommes bien conscients que dans certains ménages désargentés, il n’y a que dans l’écran de l’ordinateur que l’on peut partir en vacances…

Qu’à cela ne tienne, une solution existe pour apprendre l’espagnol en ligne, et gratuitement : télécharger des applications mobiles.

Le blog de Superprof a publié de nombreux articles sur le support mobile pour apprendre les langues.

Avec un programme d’espagnol gratuit de ce genre, on peut réviser les bases tous les jours au niveau débutant, puis augmenter graduellement la difficulté : apprendre d’abord le vocabulaire usuel, répéter pour stimuler la mémorisation, puis complexifier par des exercices d’espagnol, des cours de conversation, l’intonation et l’accentuation, etc.

On se répète : il n’y a pas d’âge pour devenir hispanophone et impulser ses compétences linguistiques !

Dit-on qu’il y a un âge limite pour opérer une reconversion professionnelle ?

En fait, l’apprentissage finit avec la mort de l’individu !

Et puis apprendre l’espagnol à l’âge adulte, ce n’est pas seulement apprendre par cœur les verbes irréguliers, la conjugaison espagnole, les diphtongues et la subtilité du subjonctif présent.

En apprenant tout cela, on peut coupler son apprentissage avec l’exploration de la culture hispanique, l’histoire de l’Espagne depuis l’époque musulmane jusqu’à la Reconquista ou la guerre d’Espagne de 1936 (et l’insurrection libertaire catalane), etc.

Langue et culture espagnoles et/ou latino-américaines sont fascinantes.

On n’oubliera pas que le continent sud-américain – de Cuba à l’Argentine, de la Bolivie au Mexique – est un bouillonnement de cultures différentes, terres de révolutions et modèle de résistances à l’économie libérale pour certain, continent aux biodiversités uniques pour d’autres.

Enfin, on peut tout aussi bien, en restant en France – prendre des cours particuliers chez Superprof, par exemple -, apprendre l’espagnole par le truchement de la culture populaire : découvrir la musique espagnole, le flamenco andalou, la littérature espagnole.

Car lire des livres en espagnol en cours va accroître votre expression orale !

Toujours motivé(e)(s) ? N’attendez-plus !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...
avatar